Evolution du marché de la location de bureaux depuis la crise de COVID-19

Que savoir du marché de location de bureau depuis la crise du coronavirus.

Publié par Nicolas Cohen

Pendant que l'année 2020 à commencé par un rythme normal pour les entreprises avec un cours comme à l'ancienne, une pandémie s'est incrustée. Il s'agit de la C0VID-19. A partir de ce moment, des mesures pour limiter la propagation de ce virus ont été mises en place. Les mesures de confinement soudainement installées ont eu de répercussions sur plusieurs secteurs d'activités. De manière spécifique, les réalités du marché de la location de bureaux ont basculées et les habitudes du travail ont automatiquement changé. Quels impacts la COVID-19 a t-il eus sur le marché de la location de bureaux ? A quoi s'attendre sur ce marché après la pandémie ?

Le marché de la location de bureaux avant la COVID-19

Bien avant la crise sanitaire marquée par le coronavirus, le marché de la location de bureaux suivait un rythme très dynamique. Cela s'explique par la hausse des volumes des transactions depuis six ans en arrière. Le marché de bureaux était bien équilibré. Il était pour  les entreprises un élément important dans la fidélisation de leurs clients et la réception de nouveaux professionnels. Ainsi, par les interactions créées entre les équipes, le bureau apparaissait comme un facteur de productivité et surtout de créativité. L'immobilier était à cet effet, un levier  important de l'image des entreprises et aussi de leur marque employeur.

Le marché de la location pendant la COVID-19

Incontestablement, la mise en place des mesures en réaction contre le virus a bloqué le marché de bureaux. Selon un bilan qui a été publié par Immostat, la location des bureaux a chuté au premier trimestre. A propos de cela, Grégoire de la Fierté, Executive Director Bureaux Île-de-France et Nicolas Verdillon, Executive Director Investment Properties ont dressé un bilan. Il en ressort que pour ce premier trimestre 2020, 340 300 m² ont été placés, ce qui constitue un recul net par rapport à l'année précédente (-37%) et par rapport à la moyenne décennale (-37 %).

Sur cette même période, la chute de la demande placée de bureaux a atteint 40% relativement au premier trimestre de l'année 2019. Au second trimestre de cette même année, la recherche de locaux par les professionnels a concerné une surface de 197500 m², ce qui donne une équivalence de 65 % par rapport au deuxième trimestre 2019. Cette situation puise ses racines dans le confinement. L'investissement dans l'immobilier de l'entreprise a reçu un grand coup. Pour la France entière, le montant global d'investissement au premier trimestre atteint 11,4 milliards, soit une baisse de 20 % par rapport au même trimestre 2019.

Un déficit migratoire de l'Île-de France

La pandémie a conduit à un déménagement d'entreprises. En effet, après les salaires, l'immobilier est le deuxième poste de dépenses d'un bon nombre d'entreprises. A titre illustratif, à Paris, un espace de travail en location coûte en moyenne 18 000 EUR dans un des arrondissements du centre de la capitale. Avec l'impact de la crise sanitaire, rendre les mètres carrés était devenu le mot d'ordre de ces organisations. Etant donné que nombreuses d'entre elles ont eu une forte baisse au niveau de leurs économies respectives, elles vont décider de réduire leurs coûts. Si elles prévoyaient de louer des locaux plus grands, elles vont désormais préférer une location dont le prix répond conjoncturellement à leurs besoins. Par conséquent, elles se retrouvent dans l'obligation de déserter l'île-de France où la location de bureaux est bien développée.

Dans un contexte où la pandémie bat son plein, les habitudes des entreprises ont soudainement changé, ce qui a conduit à un faible investissement dans l'immobilier d'entreprise. Par exemple, au premier semestre de 2020 en Île-de-France, le montant total  des investissements en immobilier d'entreprise touche les 7,7 milliards d'euros, soit une baisse de 25 %. Pour ce qui concerne le second trimestre, la baisse  est de 64 % avec 2,6 milliards d'investissement. Pour les entrepôts, la demande placée est de 5000 m², soit 52 % de recul par rapport à l'année précédente.

Le télétravail devient monnaie courante

Ceci est le plus important des changements d'habitudes que la COVID-19 a engendrés. Comme il faut adapter les habitudes à  tout contexte,  les déménageurs ont pensé à la mise en place massive du télétravail. En moins de six mois de la pandémie, le rapport moins au bureau a complètement changé toute une génération. Cette nouvelle organisation de travail suppose qu'il y a désormais moins de bureaux pour que les professionnels exercent leur travail. En Île-de-France par exemple, 30 % des personnes interrogées font régulièrement un travail à distance

De nouveauté dans la renégociation du bail de la location de bureaux

Le monde de l'immobilier a eu de nouveauté dans la renégociation du bail avec les entreprises. Les propriétaires des locaux ont désormais compris qu'ils ne peuvent que négocier eux-mêmes. Pour eux, il vaut mieux louer les bureaux que de les voir vides. La renégociation de bail avec les entreprises va devenir un grand parcours pour ces propriétaires. Ceci a entrainé un phénomène sur le marché de bureaux qu'on a appelé la sous-location.

Quelles perspectives pour le marché de la location de bureaux ?

Avec ces tendances de travail à distance qui  est encore dans son évolution, il va falloir que les bureaux de demain répondent à un besoin où les entreprises pourront fonctionner sur un mode davantage décentralisé. Dans ce contexte, il est possible d'imaginer que le coworking sera privilégié par ces entreprises qui sont fragilisées par la crise de santé liée à la pandémie. Et comme l'a prévu Flore Pradère, la directrice Veille et prospective de JJL « le bureau va devenir le camp de base, cela implique de redimensionner une partie des espaces  de travail actuels ».

Cependant, les bureaux de demain devront favoriser des échanges, des liens et des rencontres. C'est maintenant que les investisseurs de l'immobilier doivent commencer par penser à la meilleure manière de réinventer les bureaux. Ces derniers permettront aux entreprises de passer à la confrontation d'idées, l'innovation, la créativité et à la fédération des équipes pour créer de valeur ajoutées.

La pandémie a complètement changé l'ancien monde de travail, le lieu de travail sans épargner le mode de vie. Les bureaux se sont vidés. Nous sommes passés au télétravail qui n'est pas sans limites. Ce qui n&