Orange réduit sa participation dans BT Group

Orange rEduit sa participation dans BT Group

Lundi soir, l'opérateur français Orange a fait savoir qu'il allait réduire sa participation dans le géant britannique des télécoms BT. Une réduction qui se passe en deux temps et qui concerne 4 % du capital de la firme.

Publié le 20-06-2017 par Laurent Baquista

133 millions de titres à céder

 

Il y a quelques jours, Orange se faisait remarquer pour avoir remporté un vieux bras de fer l'opposant à Numericable-SFR au sujet de la fibre, pour une affaire datant de 2010. Aujourd'hui, c'est une actualité bien plus chaude qui place l'opérateur français sur le devant de la scène. En effet, l'entreprise française qui compte plus de 260 millions de clients à travers le monde a rendu publique hier soir son intention de réduire sa participation dans son homologue britannique BT Group, actuellement estimée à 4 %.

Via un communiqué, le groupe dirigé par Stéphane Richard a fait savoir qu'il allait lancer dès à présent la cession de 133 millions de titres, représentant environ 1,3 % du capital de la firme localisée outre-Manche, dans le cadre d'un « placement privé dont les modalités définitives seront communiquées ce mardi ». De son côté, BT Group s'est engagé à racheter ses titres auprès de l'opérateur français de télécommunications à hauteur de 200 millions de livres sterling.

 

Une réduction de participation en deux temps

 

En parallèle de cela, dans le cadre d'une réduction de participation en deux temps, Orange s'apprête également à émettre des obligations échangeables en actions BT, comprenant « une prime de 35 % à 40 % au-dessus du prix du placement d'actions », pour un montant total estimé à 520 millions de livres. Ces titres arriveront à échéance en 2021 mais seront échangeables dès le mois d'août 2017.

Dès lors, en cas de conversion intégrale des obligations, l'entreprise française, premier ou second opérateur dans 75 % des pays européens où elle est implantée, conserverait une participation de 1,33 % dans le groupe britannique. C'est en 2015 que le leader français des télécoms était entré au capital de BT, à l'occasion du rachat par ce dernier de sa coentreprise mobile EE, jusque-là gérée avec l'allemand Deutsche Telecom.

 

Les dernières actualités