L'État cède 2,35 % du capital de Safran

L'État cède 2,35% du capital de Safran

L'Agence des participations de l'État a annoncé la cession de 2,35 % du capital de Safran. Avec encore 10,81 % du capital du groupe aéronautique, l'État demeure son actionnaire principal.

Publié le 02-10-2018 par Bertrand Dampierre

Une nouvelle cession

 

Depuis le quinquennat de François Hollande, l'État ne cesse d'étudier des pistes de cessions de parts qu'il détient dans des entreprises françaises. La loi Pacte, dont l'ombre plane sur l'économie française depuis quelques mois, n'a fait que renforcer cette tendance. La période qui s'ouvre maintenant pourrait donc conduire à de multiples désengagements ou allègements de la participation de l'État français dans des entreprises, avec toujours comme objectif d'alimenter par le produit de ces cessions un fonds pour l'innovation et l'industrie.

C'est précisément dans ce cadre que se situe l'annonce que l'Agence des participations de l'État (APE) a faite hier soir, après clôture de la Bourse de Paris, dans un communiqué de presse. L'APE a en effet annoncé la cession des 10 410 000 actions du groupe aéronautique français Safran, soit 2,35 % du capital de ce dernier.


Un produit de cession important

 

L'Agence des participations de l'État a cédé ces actions à un moment idéal, où le cours de bourse de l'action Safran avait atteint un sommet historique, à un prix de 121,5 euros l'action. Le prix retenu pour céder les 10 410 000 actions est de 119,65 euros, ce qui représente un produit de cession supérieur à 1,245 milliard d'euros. « Le produit de cession de ces titres servira à alimenter le fonds pour l'innovation et l'industrie dédié au financement des innovations de rupture », a indiqué l'Agence des participations de l'État dans son communiqué de presse.

La cession a pris la forme d'un placement institutionnel avec construction accélérée d'un livre d'ordre. Après cette opération, l'État conservera, via l'APE, 10,81 % du capital et environ 17,67 % des droits de vote, ce qui lui permet de demeurer l'actionnaire de référence du groupe, réquisit fondamental dans un secteur d'activité stratégique comme l'est l'aéronautique. Par ailleurs, l'APE a également annoncé qu'elle céderait prochainement 0,26 % du capital de Safran aux salariés et anciens salariés du groupe.

Les dernières actualités