6% de croissance, 6% de chômage : ce scénario pour 2022 qui fait rêver

épargne covid

Les Français ont accumulé une épargne colossale entre le premier confinement et la fin du mois de juin dernier évaluée à 151 milliards d'euros selon l'OFCE. Cette montagne de cash pourrait booster les moteurs de la croissance du PIB à 6% et faire passer le chômage de 8% à 6% de la population active l'année prochaine. Si la consommation pourrait repartir dans quelques secteurs, 80% de l'épargne accumulée est détenue par 25% des ménages les plus aisés, rappellent les économistes.

Publié le 14-10-2021 par Grégoire Normand

Les Français qui ont accumulé une montagne de cash sur leurs comptes en banque depuis le début de la pandémie vont-ils la consommer ? C'est une question clé pour anticiper la robustesse de la reprise en 2022. D'après les derniers travaux dévoilées par l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) ce mercredi 13 octobre, la croissance de l'économie française pourrait rebondir de 6,2% en 2022 au lieu de 4% si une partie de cette épargne était fléchée vers la consommation.

Les économistes estiment que plus de 151 milliards d'euros ont été accumulés par les ménages Français depuis le début de la pandémie. "L'épargne est un élément crucial de notre scénario", a déclaré l'économiste Christophe Blot lors d'un point presse.

Après trois confinements et une très longue période de restriction, beaucoup de Français n'ont pas pu consommer lors de voyages, restaurants, de séjours en hôtels et énormément de loisirs.

De son côté, le gouvernement a révisé à la hausse ses prévisions de croissance pour 2021 de 6% à 6,25% lors d'une récente présentation à l'Assemblée nationale. L'exécutif s'aligne ainsi sur la plupart des instituts de prévision comme l'Insee, la Banque de France ou encore l'OFCE qui table désormais sur une hausse du PIB de 6,3% en 2021 et 4,1% en 2022.

"Les nouvelles sont plutôt bonnes. Le climat des affaires se porte bien. La confiance des ménages est plus élevée qu'au moment de la crise des gilets jaunes alors que l'impact macroéconomique de la crise n'a rien à v

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités