Voiture électrique : l'Europe saura-t-elle livrer la guerre des batteries ?

Voiture de sport de luxe Emotion de Fisker Inc.

Pour faire face à une demande explosive en véhicules électriques, les fabricants de batteries, essentiellement asiatiques en dehors de Tesla, s'apprêtent à inonder le marché européen. Les industriels du Vieux Continent ont commencé à riposter avec plusieurs projets d'envergure.

Publié le 12-10-2018 par Erick Haehnsen

Avec 400 modèles annoncés, les ventes de voitures électriques [(VE), Electric Vehicle (EV), ndlr] devraient passer la barre des 25 millions en 2025, soit 22,4% des ventes mondiales d'automobiles, selon Frost & Sullivan. De quoi booster, d'après l'institut européen EIT InnoEnergy, le marché de la batterie pour EV, à 250 milliards d'euros par an à partir de cette date !

Pour faire face à cette gigantesque demande, les fabricants de cellules pour batteries se rangent en ordre de bataille pour que décolle leur production annuelle de 34,7 GWh (EV Sales Blog) en 2017 à 300 GWh en 2025 (EIT InnoEnergy). Sachant qu'une batterie de 100 kWh, comme celle des Tesla, embarque 7.000 cellules lithium-ion (Li-ion). Annonciateur d'un changement de paradigme vers l'automobile décarbonée et, en seconde vie, vers le stationnaire, ce marché est largement dominé par les japonais Panasonic, AESC (alliance Nissan-Nec), Toshiba et Toyota, mais aussi par les coréens LG Chem, Samsung SDI et SK Innovation ainsi que par les Chinois CATL, BYD et GS Yuasa.

Dans le sillage de la "Gigafactory" [usine géante] de Tesla en construction dans le Nevada (le plus grand bâtiment au monde) qui devrait fournir 35 GWh cette année à partir des cellules de Panasonic (50 GWh prévus en 2020), plusieurs dizaines d'usines géantes de fabrication de cellules pour batteries sont annoncées en Asie, en Europe et aux États-Unis. D'ailleurs, Tesla a également annoncé deux autres projets de batteries à Shanghai et en Europe. Ticket

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités