Louis Aliot signe un arrêté d’ouverture des commerces non-alimentaires à Perpignan

Louis Aliot

Le maire de Perpignan Louis Aliot (RN) a signé, le vendredi 30 octobre, un arrêté d’ouverture des commerces non alimentaires du centre- ville à compter de mardi matin 3 novembre. L’élu pointe « l’inégalité de traitement créée par le gouvernement entre les petits commerces et les grandes surfaces ».

Publié le 31-10-2020 par Cécile Chaigneau

LA TRIBUNE - Vous ne croyez pas à l'efficacité du reconfinement ?

LOUIS ALLIOT, maire de Perpignan - D'un côté, on agglutine des gens dans des endroits où le virus va circuler, comme les grandes surfaces, et de l'autre, on ferme les commerces dans les centres villes, où les protocoles sanitaires sont très bien respectés. C'est une totale incohérence. Il est anormal qu'on puisse acheter des vêtements en grandes surfaces et pas dans les commerces du centre-ville. On n'a jamais vu de cluster chez les coiffeurs !... Je dénonce l'impréparation du gouvernement à la 2nde vague. Ce confinement ne permettra pas de lutter contre la pandémie et risque de condamner des professionnels sérieux. C'est un nouveau coup dur pour les commerçants qui pourrait s'avérer fatal pour nombre d'entre eux.

Vous avez signé, le 30 octobre, un arrêté d'ouverture des commerces non alimentaires du centre-ville à compter de mardi matin 3 novembre et ce, dites-vous, « jusqu'à ce que le gouvernement revienne de façon juste et sérieuse sur l'inégalité de traitement qu'il a créée entre les petits commerces et les plateformes de type Amazon ou les grandes surfaces ». Cela signifie que vous attendez du gouvernement qu'il rectifie le tir d'ici mardi matin ?

L. A. - Oui. D'ici là, il appartient au Premier ministre Jean Castex de trouver une solution. Je n'ose croire que l'ancien maire de Prades, issu des territoires, veuille faire mourir les commerçants de Perpignan et d'ailleurs. Je ne suis pas le seul maire à pre

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités