Avec Omicron, tout va augmenter

VOTRE TRIBUNE DE LA SEMAINE. Un mauvais air de mars 2020 flotte dans l'air et le monde se referme. Fait-il paniquer ? Pas forcément mais le virus de l'inflation, lui, commence à faire douter les banquiers centraux du caractère temporaire de l'inflation. Hausse des prix... et donc des salaires ? La course est lancée et devrait agiter la campagne présidentielle.

Publié le 04-12-2021 par Philippe Mabille

> CHAQUE SAMEDI, à 8 heures, recevez « Votre Tribune de la semaine » dans votre boîte e-mail en la sélectionnant ici.

Comme un jour sans fin. Omicron est arrivé, sans se presser, mais remet en jeu nos espoirs d'être enfin débarrassés du virus. Un air de mars 2020 flotte dans l'air, avec le méchant virus. Omicron, ô désespoir, ô virus ennemi, chante le poète Jean Brousse dans chronique de campagne. Le transport aérien s'affole de voir se refermer le ciel, douchant les espoirs d'un Noël au soleil. Un coup de massue pour les Antilles françaises qui n'avaient franchement pas besoin de cela, raconte Léo Barnier.  Alors que les frontières se referment, au Maroc, en Afrique du Sud, au Japon, en Israël, la France impose un test négatif à tous les voyageurs hors Union européenne.

Il est urgent de ne pas paniquer. Omicron ou pas, il faut composer avec Delta, majoritaire en Europe, et les laboratoires travaillent déjà à un nouveau vaccin, à l'image de BioNtech. Et on commence à parler de vaccination obligatoire, notamment en Allemagne.

Au-delà de la question sanitaire, l'inquiétude porte aussi sur l'économie. Malgré la cinquième vague et Omicron, la croissance résiste, souligne Grégoire Normand. Autre virus qui menace, celui de l'inflation. Dans une économie post-Covid marquée par des désorganisations de la chaîne logistique et de la production mondiale, qui engendre des pénuries, la Fed craint qu'Omicron attise la flambée actuelle des prix.

Les banquiers centraux commencent à changer d

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités