L'armée de Terre ne recevra son premier Patroller que début 2022

Patroller drone tactique Safran Armée de Terre

Safran "s'engage" à livrer à l'armée de Terre un premier système (cinq vecteurs et deux stations sol par système) au cours du "premier semestre 2022".

Publié le 23-03-2021 par Michel Cabirol

L'armée de Terre devrait finalement recevoir le drone SDT (Patroller) début 2022 et non plus fin 2021. Safran "s'engage" désormais à livrer un premier système (cinq vecteurs et deux stations sol par système) au cours du "premier semestre 2022", explique-t-on à La Tribune. L'armée de Terre, qui regrette de ne pas disposer de cette capacité précieuse au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane, n'est plus désormais à six mois près, explique-t-elle. Ce qu'elle veut, c'est disposer d'un produit fiable et sûr. "Les opérateurs doivent avoir une totale confiance dans leur matériel", avait martelé dans une interview accordée à La Tribune, le chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Thierry Burkhard.

"Safran a identifié ce qui s'était passé. (...) Ce dont l'armée de Terre a besoin, c'est de réceptionner et de mettre en oeuvre un matériel sûr et fiable. L'arrivée de ces drones constitue un défi important pour l'armée de Terre", avait-il souligné à La Tribune.

Selon des sources concordantes, le système de commandes de vol de fabrication américaine (Flight Control systems) a buggé. Ce qui a provoqué le crash en 2019 d'un SDT en cours de livraison à l'armée de Terre. "Ce sont des lignes de logiciel mal écrites", explique-t-on à La Tribune. Résultat, Safran est en train de "vérifier ligne par ligne" le logiciel mis en cause. "Nous avons parfaitement compris tout ce qui s'est passé lors de l'événement de la fin de l'année 2019, notamment la problématique du calculateur de command

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités