Vallourec s'apprête à supprimer environ 3.000 postes dont 320 en France

Vallourec s'apprête à supprimer 3.000 postes dont 320 en France

Le fabricant de tubes sans soudure a annoncé mercredi son intention de supprimer 2.950 postes dans le monde, dont 320 en France.

Publié le 20-05-2022 par Valérie Macquet

Echec de la cession des activités allemandes


A la mi-novembre 2021, Vallourec avait annoncé la mise en vente de ses activités allemandes, dans le cadre d'un vaste plan de restructuration. Mais, selon l'entreprise, alors "qu'aucun acheteur crédible n'a été identifié"; il est contraint à la fermeture de son site allemand. Ceci « entraîne une rationalisation supplémentaire des autres actifs européens en charge de la finition des tubes laminés en Allemagne » ; dont, notamment, la « ligne de traitement thermique » de l'usine française de Saint-Saulve, dans les Hauts de France. Au total, ce sont environ 2.950 postes qui vont être supprimés dans le monde, dont 320 en France. Les premiers départs pourraient survenir fin 2022.


Bercy et la région Hauts de France réagissent


Mercredi, après l'annonce de Vallaurec, le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance réagissait immédiatement : « Nous demandons à Vallourec que les conséquences du plan sur les activités françaises soient minimisées et nous exigeons un maintien et un renforcement du pôle de forge, filetage, recherche et développement d'Aulnoye-Aymeries ». Pour rappel, l'État contrôle  2,3 % du capital de Vallourec, via la Banque publique d'investissement (BPI), depuis la dernière restructuration du groupe en 2021. Xavier Bertrand, le président LR de la région Hauts-de-France a  également exprimé son mécontentement via Twitter : « La politique continue d'abandon du groupe de ses activités industrielles en France n'est pas acceptable ».

Les dernières actualités