Les nouveaux barbares du commerce

Arrivee de bompard chez carrefour

[ Édito ] C'est à un patron de choc, Alexandre Bompard, que l'enseigne Carrefour a confié son destin, pour mettre en oeuvre un plan de transformation destiné rien moins qu'à sauver le groupe face aux nouveaux barbares de l'e-commerce. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Publié le 07-03-2018 par Philippe Mabille

Plus d'un demi-siècle après l'ouverture du premier magasin portant l'enseigne Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne, c'est à un patron de choc que l'enseigne a confié son destin, pour mettre en oeuvre un plan de transformation destiné rien moins qu'à sauver le groupe face aux nouveaux barbares de l'e-commerce. Les mesures présentées par Alexandre Bompard le 23 janvier dernier sont spectaculaires : 2400 suppressions de postes dans les structures centrales (sur près de 115000 au total), des cessions de magasins et des investissements massifs dans le digital : le scénario a été salué par les marchés, et la potion de Bompard provoque déjà des manifestations dans toute la France pour s'y opposer.

Désertification des centres-villes et nouveaux usages numériques

Mais à bien y regarder, le dispositif semble encore bien timoré au regard des « chocs d'une amplitude exceptionnelle » que le groupe, comme l'ensemble du secteur, s'attend à affronter, comme l'a indiqué lui-même le PDG de Carrefour. Sur le plan social, d'ailleurs, les syndicats ne s'y trompent pas : la restructuration de Carrefour ne fait que commencer et la saignée sociale liée à l'automatisation (totale pour les stations-service par exemple) est très certainement sous-estimée. Faut-il pour autant parler d'un krach social inévitable dans la grande distribution, comme on le craint dans d'autres activités de services comme la banque ? Il est trop tôt pour le dire. Pour l'heure, l'explosion de l'e-commerce n'a p

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités