Macron sera-t-il l'artisan de la transition énergétique ?

Macron Royal

Comme sur bien d'autres sujets, Emmanuel Macron n'était ni le plus écolo, ni le plus "nucléocrate" des candidats. Mais bien qu'elle ne constitue pas le cœur de son programme, les partisans de la transition énergétique misent sur son pragmatisme pour la mettre en œuvre.

Publié le 11-05-2017 par Dominique Pialot

«Il y a tout ce qu'il faut dans la loi pour que ce président soit celui de la transition énergétique, affirme Corinne Lepage. Pour lui qui est très pragmatique, ce qui importe d'abord, c'est de savoir combien coûtent et rapportent les différentes solutions - en matière de mix énergétique », ajoute-t-elle.

Sur certains sujets, Emmanuel Macron se montre volontiers ambitieux. Il manifeste ainsi une réelle volonté de massifier la rénovation énergétique des bâtiments, notamment des logements, un projet qui permet de cocher toutes les cases : maîtrise de la consommation d'énergie, baisse des émissions de CO2, lutte contre la précarité énergétique et création d'emplois. Cette ambition inspire confiance à Géraud Guibert (La Fabrique écologique) :

« Je pense qu'Emmanuel Macron est preneur d'un paquet bien ficelé ».

Pour Yves Marignac (négaWatt), « tout va dépendre de l'équilibre qui va se faire entre une approche qui continue à ne pas placer la transition énergétique au cœur d'un programme économique et industriel, et un pragmatisme économique qui le rend capable d'en saisir tout l'intérêt, et les opportunités ».

Tout en affirmant qu'aujourd'hui, le nucléaire est ce qui lui « permet, à structure productive constante, de fournir l'électricité la plus décarbonée », Emmanuel Macron s'est engagé à lancer dès le début du quinquennat tous les appels d'offres permettant d'industrialiser et de massifier les énergies renouvelables. Mais aussi à amener la part du nucléaire dans le mix électri

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités