Aide à Kiev, avoirs russes : la guerre en Ukraine au menu du G7

Le president americain joe biden et le president francais emmanuel macron lors du sommet du g7

Les dirigeants du G7 se réunissent à partir de ce jeudi en Italie où ils vont tenter de s'accorder sur un mécanisme permettant l'utilisation des actifs russes gelés pour aider l'Ukraine à se défendre. Un accord aurait été trouvé sur un « décaissement » de plusieurs milliards selon la présidence française, les États-Unis évoquant de leur côté un « cadre » et un calendrier. La question ukrainienne sera en tout cas au cœur de ce sommet.

Publié le 13-06-2024 par latribune.fr

À partir de ce jeudi et jusqu'à samedi, les représentants du G7- États-Unis, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon - se retrouvent, sous présidence italienne, dans la luxueuse station balnéaire de Borgo Egnazia, dans les Pouilles, région du sud du pays. Un sommet où la question de l'aide à l'Ukraine aura une place prépondérante. Car, face au spectre d'un retour à la Maison Blanche de Donald Trump et l'incertitude autour des conséquences de son élection pour l'Ukraine, le « Groupe des 7 » veut sécuriser le financement de son aide militaire à Kiev.

Les États-Unis ont pour cela lancé une idée : un méga-prêt d'environ 50 milliards de dollars (46,13 milliards d'euros) en faveur de l'Ukraine, garanti par les futurs intérêts générés par les 300 milliards de dollars d'actifs de la banque centrale russe gelés par l'Union européenne et les pays du G7. Ils comptent bien mettre la pression à leurs alliés pour se rallier à cette initiative.

Lire aussiSommet du G7: les États-Unis promettent de nouvelles annonces en faveur de l'Ukraine

Vers un accord sur les actifs russes ?

Un accord aurait d'ailleurs été trouvé ce mercredi « sur le décaissement des 50 milliards » de dollars « avant la fin de 2024 », a annoncé la présidence française. Mais de nombreuses questions demeurent, notamment celle de savoir qui émettrait la dette et ce qui se passerait si les avoirs étaient débloqués dans l'éventualité d'un accord de paix.

Ainsi, comme l'a expliqué l'Elysée, « ce prêt a vocation à ê

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités