Semi-conducteurs : « Produire en France est rentable pour Soitec » (Pierre Barnabé, DG)

Pierre Barnabé Soitec

ENTRETIEN. La PME iséroise, cotée en Bourse, est devenue un maillon clé dans la digitalisation de plusieurs industries (communications mobiles, automobile, etc). Pour accélérer, le fabricant de substrats semi-conducteurs est engagé dans un grand plan de croissance (qui vise à doubler ses effectifs d’ici 2026). A l’occasion de la publication de ses résultats semestriels, son nouveau directeur général, Pierre Barnabé, a accordé sa première interview à La Tribune. Il y dévoile sa feuille de route. Au menu, une accélération dans la diversification vers l’automobile, malgré un contexte plus fragile en 2023 compte-tenu de l’inflation. Mais Soitec vise les 2,3 millards de dollars de chiffre d’affaires.

Publié le 24-11-2022 par Marie Lyan

LA TRIBUNE - Plus de 100 jours après votre installation au poste de directeur général, quel premier état des lieux dressez-vous ?

PIERRE BARNABE - Je suis arrivé en réalité début mai. J'ai trouvé une équipe très motivée, animée d'une stratégie très intéressante, que j'ai moi-même confirmée et amplifiée. Nous avons la chance d'avoir des équipes très engagées, à Bernin, en Isère, (où se déroule 75% de la production, ndlr), mais aussi dans le reste du monde et notamment à Singapour, en Belgique et aux Etats-Unis, où j'ai déjà eu l'occasion de me rendre pour rencontrer des équipes ainsi que des partenaires et fournisseurs.

Soitec a confirmé, il y a seulement quelques semaines, ses objectifs annuels (qui visent un chiffre d'affaires attendu à 975 millions de dollars), après avoir enregistré une croissance trimestrielle de 40% : les résultats semestriels présentés ce jeudi confirment-ils cette trajectoire ?

Nous confirmons en effet les résultats annoncés il y a un mois, mais nous disposons aujourd'hui d'une vision des résultats plus complète et solide, puisque nous affichons une croissance de 18%, en termes de revenus, à périmètre constant.

Cela représente de belles réalisations dans un marché des semi-conducteurs jugé plus difficile, après un premier trimestre légèrement déceptif, puisque nous avions dû rattraper deux incidents : un incident électrique rencontré début avril, et un mouvement social enregistré en juin dernier.

Mais il faut souligner le travail remarquable réalisé p

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités