Salon de Genève: les doutes d'un secteur auto en pleine renaissance

autosolisme, couv Hebdo 227, voiture individuelle, automobile

Le marché automobile européen culmine à des plus hauts depuis la crise, nourrissant les profits record des constructeurs. Ceux-ci sont pourtant contraints de repenser leur industrie face aux nouvelles contraintes environnementales, mais également aux nouveaux modèles que vont permettre l'autonomie et la connectivité. A Genève, les constructeurs automobiles veulent montrer qu'ils sont désormais en ordre de bataille...

Publié le 07-03-2018 par Nabil Bourassi, à Genève

La crise est loin... Les constructeurs automobiles européens ont du mal à dissimuler leur enthousiasme : des ventes revenues aux niveaux d'avant-crise, des taux d'utilisation des usines proches de la saturation, de bons niveaux de finition et des marques premium en pleine forme... Les constructeurs automobiles affichent des chiffres d'affaires en hausse et de confortables marges de rentabilité, souvent à des niveaux historiques. En 2017, le marché a fini l'année sur une légère progression (+3,3%), mais il est repassé au-dessus des 15 millions d'immatriculations pour la première fois depuis dix ans.

Un marché solide

Cette performance reste toutefois très en retrait de celle enregistrée en 2016 quand la croissance avait été deux fois supérieure. Et ce ralentissement pourrait bien se confirmer en 2018 d'après François Jaumain, associé responsable du secteur automobile chez PwC : "nous restons prudents sur les perspectives 2018. Le Royaume-Uni va peser sur le marché, et les reprises des marchés espagnols et français vont ralentir".

De son côté, Guillaume Crunelle, directeur associé chez Deloitte et spécialiste du secteur automobile, se veut "raisonnablement optimiste" rappelant que "le coût du crédit est faible et l'énergie encore bon marché".

Mais cette perspective reste négligeable tant les fondamentaux paraissent solides. "Le marché s'est largement assaini. Les niveaux de production sont adaptés à la demande avec un taux d'utilisation usines supérieur à 80%, ce qui écarte le r

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités