Législatives : 12 questions sur un scrutin que personne n'attendait

delogu

Les perturbateurs de LFI seront-ils réélus ? Le Midi deviendra-t-il totalement brun ? Combien Éric Ciotti peut-il avoir de députés ? Les journalistes politiques de « La Tribune Dimanche » répondent aux questions que posent ces législatives anticipées.

Publié le 23-06-2024 par Caroline Vigoureux, Jules Pecnard et Ludovic Vigogne

1. Les perturbateurs de LFI seront-ils réélus ?

C'est la trace qu'aura laissée LFI au Parlement, chère à Jean-Luc Mélenchon : le bruit et la fureur. Certains députés ont ulcéré leurs collègues, macronistes notamment, par leur comportement comme leur propos. Leur attitude pourrait-elle leur coûter cher ? Sanctionné pour avoir brandi un drapeau de la Palestine, le Marseillais Sébastien Delogu a de très sérieuses chances de revenir à l'Assemblée. Sa circonscription est l'une des trois plus favorables à LFI en France. Son parti y est arrivé largement en tête aux européennes, frôlant même les 50 % des voix dans le 15e arrondissement.

C'est bien parti aussi pour Antoine Léaument, le « Monsieur Réseaux sociaux » de La France insoumise, candidat dans la 10e circonscription de l'Essonne, où Manon Aubry est arrivée deuxième avec plus de 20 % des voix. Implanté dans la 3e circonscription de Seine-Saint-Denis, Thomas Portes, qui s'était affiché sur les réseaux sociaux en foulant aux pieds un ballon à l'effigie d'Olivier Dussopt, bénéficie également d'une terre plutôt favorable. La partie ne sera en revanche pas simple pour l'Insoumis Aymeric Caron dans la 18e circonscription de Paris, où Pierre-Yves Bournazel, proche d'Édouard Philippe, député de 2017 à 2022, veut prendre sa revanche, après avoir été battu de 1 269 voix en 2022. Candidate dans la 7e circonscription de Seineet-Marne, Ersilia Soudais, qui avait qualifié les députés Renaissance de « monstres », n'avait été élue qu'avec 51,3

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités