Electricité : EDF veut couper le courant à ses concurrents

Edf, dans le rouge a la mi-seance

À l'approche de l'hiver, et alors que de nombreux réacteurs sont en travaux, le groupe demande à l'Etat la suspension temporaire de l'accord permettant aux autres opérateurs d'acheter de l'électricité. Auparavant, Ségolène Royal avait mis en garde EDF sur le risque de pénurie.

Publié le 21-10-2016 par latribune.fr

Confronté à la fermeture pour des contrôles d'une partie de son parc nucléaire, EDF a demandé vendredi à l'Etat de suspendre temporairement le mécanisme d'accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh).

Ce dispositif, introduit par la loi NOME sur l'énergie de 2010, permet aux opérateurs alternatifs qui le souhaitent d'acheter des volumes d'électricité à EDF dans le but de favoriser le développement d'offres concurrentes à celles de l'opérateur historique.

Des arrêts de réacteurs non programmés pour des raisons de sécurité

Sur les 58 réacteurs exploités par EDF en France, 20 étaient hors service mercredi, selon RTE, le gestionnaire du réseau électrique à haute tension. La plupart sont arrêtés pour maintenance classique, comme c'est habituellement le cas avant l'hiver. Pour sept d'entre eux, ces arrêts planifiés ont été mis à profit pour inspecter leurs générateurs de vapeur.

Ces composants clés sont suspectés de présenter une concentration excessive en carbone de leur acier, susceptible de les affaiblir. À la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), cinq réacteurs supplémentaires seront arrêtés au cours des prochaines semaines pour examen, sans forcément attendre leur maintenance. Au total, 18 réacteurs sont potentiellement concernés par cette anomalie, dont six ont déjà redémarré après inspection.

"Compte tenu de ces circonstances, de leur répercussion sur le marché de gros de l'électricité et des effets spéculatifs qui en résultent", EDF demande ainsi à l

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités