Crédit Agricole : la surtaxe a pénalisé les bénéfices l'an dernier

Credit agricole finalise le rachat du solde du capital de caceis a natixis

La taxe exceptionnelle imposée par le gouvernement aux grands groupes pour compenser l'annulation de la taxe sur les dividendes a grevé de 326 millions d'euros le bénéfice net annuel de l'entité cotée de la banque mutualiste, qui a progressé de 3,1% à 3,6 milliards d'euros l'an dernier.

Publié le 14-02-2018 par Delphine Cuny

[Article en cours de mise à jour]

Les trois patrons des groupes bancaires mutualistes Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel avaient pris la plume en novembre pour protester contre l'injustice de la taxe exceptionnelle imposée par le gouvernement aux 320 grands groupes de plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, afin de compenser le manque à gagner de l'annulation par le Conseil constitutionnel de la taxe sur les dividendes, alors que ces groupes versent peu ou pas de dividende, de par leurs statuts. En vain. Et les résultats annuels de Crédit Agricole S.A., l'entité cotée en Bourse de la Banque verte, en portent les traces : une charge de 326 millions d'euros grève le bénéfice net annuel, qui a progressé de 3,1% à 3,6 milliards d'euros l'an dernier.

"Cette surcharge fiscale est très concentrée sur quelques entreprises, quelques établissements, et notamment les établissements qui ont une base fiscale en France élevée", a déclaré Philippe Brassac, le directeur général de Crédit agricole SA, lors d'une conférence de presse.

Le conseil d'administration a décidé "de ne pas tenir compte de la surcharge d'impôt" et "d'immuniser les actionnaires contre cette charge" : le dividende qui sera proposé à la prochaine assemblée générale (0,63 euro par action) représente un taux de distribution de 56% du résultat net part du groupe, "supérieur de façon exceptionnelle au taux de distribution cible de 50% fixé dans le cadre du Plan à moyen terme."

LCL stabilisé

Le produit net banca

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités