Voitures électriques chinoises : Paris et Berlin s'opposent sur la hausse des droits de douane

Emmanuel Macron et Olaf Scholz en Allemagne le 28 mai 2024

La Commission européenne a quatre mois pour valider sa hausse des droits de douane jusqu'à 38% sur les voitures électriques importées de Chine. Mais cette décision devra avant être soumise au vote contraignant des Etats membres de l'Union européenne. Parmi eux, l'Allemagne s'est déjà exprimée en sa défaveur, tout comme la Suède. La France, largement favorable à cette mesure, voit sa force de frappe affaiblie par sa situation politique.

Publié le 10-07-2024 par Marie Nidiau

Faut-il imposer lourdement le géant chinois sur ses voitures électriques ? La réponse sera connue dans moins de 4 mois, date à laquelle des droits de douane supplémentaires pourraient être appliqués définitivement aux véhicules électriques venant de Chine et ce, pour une durée de 5 ans. Pour l'heure, la Commission européenne applique des droits de douane provisoires entre 17,4% sur les voitures du constructeur BYD ou jusqu'à 37,6% sur les voitures de SAIC à leur entrée en Europe depuis le 4 juillet dernier, auxquels il faut ajouter les 10% déjà en place avant cette mesure. Une décision de l'UE prise à la suite de son enquête sur les subventions massives du gouvernement chinois en faveur de son industrie automobile, lesquelles sont jugées à l'encontre des règles du commerce international.

Lire aussiVoitures électriques chinoises : la hausse des droits de douane est-elle réellement applicable ?

Les Etats membres ont désormais 14 jours pour se prononcer sur cette mesure, de même que les constructeurs visés ont 5 jours pour exposer leur désaccord. Suite à cette consultation, la Commission européenne présentera ses mesures définitives aux Etats membres et elles seront, cette fois, soumises à un vote contraignant. Les droits de douane définitifs ne pourront alors être validés que si plus de 15 pays européens sur les 27 sont favorables et que cette proposition est soutenue par des Etats membres représentant au moins 65% de la population totale de l'UE.

Rien n'est joué donc, d'autant

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités