"Un service public ne doit pas forcément coûter cher pour bien fonctionner" (Laurent Wauquiez, président d'Auvergne-Rhône-Alpes)

Laurent Wauquiez

Le président de la Région la plus industrielle de France dresse un bilan à mi-mandat de son action et de ses résultats, et dévoile les chantiers qu'il entend mettre en oeuvre.

Publié le 26-04-2019 par Stéphanie Borg et Robert Jules

LA TRIBUNE - Dans notre sondage, 52 % des personnes interrogées approuvent la politique que vous menez en tant que président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Que vous inspire ce bon score ?

Laurent Wauquiez : Cela me fait évidemment plaisir. Les gens ont compris ce que nous voulions faire, c'est encourageant. Le sondage montre que ce soutien dépasse les clivages partisans, ce pour quoi je me suis toujours battu dans notre approche de la Région.

En effet, quand j'ai commencé à mener mon action, il y avait des interrogations. Nous sommes aujourd'hui jugés sur la durée, sur des faits : nous n'avons pas augmenté les impôts, nous avons été capables de lancer des grands projets parce que nous avons retrouvé une importante capacité d'investissement.

Les gens constatent que les propositions, exprimées il y a trois ans, dont certaines s'annonçaient difficiles à réaliser comme la préférence régionale pour nos PME et nos entreprises, le retour des produits de notre agriculture dans nos assiettes, la sécurisation des lycées et des TER sont des réalités. Les habitants de la Région ont apporté leur soutien dès qu'ils ont vu que cela commençait à bouger, et qu'on obtenait des résultats concrets.

La politique ne se réduit pas à faire du buzz, à coups de petites phrases et de déclarations sans lendemain.

Au contraire, le sondage montre que les gens peuvent juger avec un peu de recul que le cap a été tenu, que nous avons été capables de financer des maisons de santé, de construire cinq nouv

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités