Un projet de Total s'enlise au Brésil

Un projet de Total s'enlise au Brésil

Un procureur de l'État brésilien de l'Amapá a recommandé de ne pas accorder à Total et ses partenaires BP et Petrobras une licence pour réaliser des forages exploratoires près de l'embouchure de l'Amazone.

Publié le 19-04-2018 par Guilhem Baier

Refus du procureur

 

Dans un communiqué de presse publié hier soir, les services du ministère public de l'État brésilien de l'Amapá ont demandé le refus de la licence sollicitée par un consortium pétrolier mené par Total, avec la compagnie britannique BP et le groupe brésilien Petrobras. Les trois compagnies souhaitent en effet obtenir l'autorisation d'effectuer des forages près de l'embouchure du fleuve Amazone.

Le procureur brésilien en charge du dossier estime que l'enquête environnementale préalable qu'avait effectuée et présentée le groupe pétrolier français est insuffisante et ne permet pas de tirer des conclusions susceptibles d'autoriser le projet. Le procureur craint donc que ces forages ne portent gravement atteinte à l'écosystème dans l'embouchure du fleuve, une des zones naturelles les plus riches en biodiversité et les moins altérées par les activités humaines.


Impact environnemental

 

Total SA, BP et Petrobras avaient fait l'acquisition de cinq blocs de prospection proches de l'embouchure de l'Amazone, durant l'année 2013. Mais, dans les années qui suivirent, une découverte océanographique a conduit à un gel du projet. En effet, un important massif corallien a été découvert par des scientifiques travaillant sur les fonds marins. La découverte de ce massif, qui est situé à environ 28 kilomètres des zones d'exploration acquises par le consortium mené par Total, a remis en cause le début des forages et changé la donne, obligeant les pétroliers à réaliser des études d'impact environnemental.

Ces études n'ont jamais convaincu les autorités publiques. Ainsi, l'agence brésilienne de protection de l'environnement a invalidé à plusieurs reprises l'étude environnementale, empêchant par conséquent toute prospection dans cette zone. Or, selon les géologues, cette zone pourrait contenir un volume d'hydrocarbures estimé à 14 milliards de barils de pétrole, un volume supérieur à la totalité des réserves présentes dans tout le golfe du Mexique. Ne pas pouvoir exploiter ces gisements est donc une cruelle déconvenue pour Total.

Les dernières actualités