Téléphonie fixe : le régulateur épingle Orange sur ses obligations de service universel

Orange confirme ses objectifs pour 2018

L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a mis en demeure Orange mardi de respecter son obligation de qualité de service en tant qu'opérateur du service universel du téléphone fixe.

Publié le 24-10-2018 par latribune.fr

Le gendarme tape du poing sur la table. L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a mis en demeure Orange, mardi, de respecter son obligation de qualité de service en tant qu'opérateur du service universel du téléphone fixe. Le régulateur a déploré dans un communiqué une "dégradation progressive de la qualité de service" de l'opérateur, censé proposer un service de téléphonie abordable et pour tous. C'est par un arrêté du 27 novembre 2017 que l'ancien France Télécom avait été désigné pour trois ans comme opérateur chargé de fournir les prestations "raccordement" et "service téléphonique" du service universel.

Pour étayer ses accusations, l'Arcep cite des critères de qualité de service précis du son cahier des charges, comme le délai maximum pour traiter 85% des dérangements d'abonnés. Il devrait être de 48 heures mais ce délai a atteint 70 heures au premier trimestre 2018, puis 63 heures au deuxième."Orange doit redresser le tir de toute urgence, dès la fin de l'année. Peu importent les moyens, nous voulons des résultats", a mis en garde le président de l'Arcep Sébastien Soriano, dans un entretien à paraître mercredi dans Le Figaro.

Un "plan d'action" sera présenté

Pour remédier à cette situation, l'Arcep impose ainsi à Orange des "paliers" à respecter trimestriellement. Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national, qui est de près de 1 milliard d'euros. Elle peut même monter à 10% en cas de récidive. "Si l'injoncti

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités