T-Mobile-Sprint : pourquoi le deal pourrait (encore) capoter

La fusion t-mobile/sprint franchit une etape reglementaire aux usa

Si le patron du régulateur des télécoms s'est montré favorable à une fusion entre les numéros trois et quatre du mobile au pays de l'Oncle Sam, il n'est pas dit que ce mariage reçoive in fine l'aval des autorités. Certains craignent qu'une consolidation du secteur plombe la concurrence, et que les consommateurs en payent la note.

Publié le 13-06-2019 par Pierre Manière

C'est un véritable serpent de mer. Depuis des années, T-Mobile et Sprint, respectivement numéros trois et quatre du mobile aux États-Unis, cherchent à unir leurs forces pour faire éclore un nouveau géant des télécoms. À eux deux, ils compteraient près de 130 millions d'abonnés, ce qui leur permettrait de jouer des coudes avec leurs rivaux Verizon et AT&T. Mais on ne compte plus les tentatives avortées ou balayées par les autorités. Comme en France, la consolidation du marché du mobile est un sujet hautement sensible au pays de l'Oncle Sam. Certains redoutent qu'un passage de quatre à trois opérateurs nationaux plombe la concurrence. Beaucoup craignent une flambée des prix, laquelle viendrait miner les consommateurs américains qui payent déjà très cher leur abonnement mobile.

Chez Sprint et T-Mobile, certains se disaient qu'un mariage serait plus aisé avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Pour rappel, Masayoshi Son, le chef de file du groupe de télécoms nippon Softbank, la maison-mère de Sprint, a été l'un des premiers à féliciter le président américain après son élection fin 2016, en lui promettant d'énormes investissements et des embauches aux États-Unis. En échange, « Masa », comme Donald Trump l'appelle familièrement, n'a pas caché qu'il s'attendait à une nette « déréglementation » avec la nouvelle administration. Laquelle lui permettrait, par exemple, d'enfin réussir à marier son opérateur américain avec T-Mobile...


Lire aussi : Que cachent les 50 milliards

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités