StopCovid ou Stop Confusion? Au-delà du débat sur la «centralisation»

StopCovid ANSSI

OPNION. Énoncer le débat sous la forme réductrice du choix entre une base de données étatique et une inféodation aux GAFAM semble mal inspiré. De même, à quand une politique publique proactive et non seulement réactive ? (*) Par Jacques Favier est normalien, secrétaire du « Cercle du Coin ».

Publié le 22-05-2020 par Jacques Favier (*)

Le respect de la vie privé anime les critiques contre l'application de traçage StopCovid, qu'elles portent sur des facteurs techniques ou des distinguos sémantiques : recours aux GAFAM ou développement in-house, tracking ou traçage, centralisation ou décentralisation. Le risque de voir la France incapable de disposer d'une solution satisfaisant ses priorités se rallier finalement aux offres des géants du numérique incite à changer de perspective.

Lire aussi : Application "StopCovid" : Tracing but not Tracking


Comment en est-on si vite arrivé à ce point ?

Le gouvernement a officialisé le 8 avril la mise en place d'une application de « traçage numérique ». Le 18, les équipes d'Inria publiaient le protocole ROBERT pour « une application respectueuse des valeurs européennes », provoquant immédiatement de nombreuses critiques.

Le néophyte ne peut guère se forger un avis, entre la position d'Inria et ses réfutations par un professeur à la Johns Hopkins University ou par un professeur à l'EPFL qui a fait défection après avoir soutenu l'initiative. Sans compter 9 savants d'Inria et 3 du CNRS qui ont signé un texte dénonçant le traçage anonyme, dangereux oxymore. Comment arbitrer entre les 155 signataires de la Mise en garde contre les applications de traçage (dont 77 membres de l'Inria !) et les 60 soutiens de la tribune favorable au projet ?

Le Secrétaire d'État au Numérique, Cédric O, a abordé la chose par un long billet intitulé StopCovid ou encore ? qui ne dissimule ni l'existen

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités