Soutenue par Bill Gates, Heliogen veut apprivoiser l'energie du soleil pour produire du ciment et de l'acier

heliogen

La startup américaine assure pouvoir produire une chaleur extrême pouvant être utilisée dans des industries fortement émettrices de carbone. Sa technologie, qui repose sur le procédé du solaire thermique à concentration, est dopée à l'intelligence artificielle.

Publié le 09-01-2020 par Jérôme Marin

"Un four solaire à très haute température qui ne brûle aucune énergie fossile". Son CEO Bill Gross l'assure, l'avancée est "majeure" dans la lutte contre le réchauffement climatique. A Lancaster, en Californie, à une heure de route au nord de Los Angeles, sa start-up Heliogen a déployé mi-novembre le prototype d'une centrale solaire dopée à l'intelligence artificielle. Et qui serait capable de générer une chaleur extrême, supérieure à 1.000° C. De quoi produire du ciment, de l'acier, et même de l'hydrogène en réduisant fortement les émissions de gaz à effets de serre.

Cette installation repose sur le procédé du solaire thermique à concentration (CSP, en anglais): de nombreux miroirs, appelés Héliostats, reflètent, vers un réceptacle fixé en haut d'une tour, les rayons du soleil, qui sont alors convertis en chaleur sous forme de vapeur. Pour son démonstrateur californien, Heliogen a placé sur le sol quelques 400 miroirs de petite taille, moins chers et plus faciles à transporter et à installer. Le principe n'est pas nouveau mais l'entreprise assure pouvoir le pousser beaucoup plus loin. "Jusqu'à présent, la chaleur atteignait entre 500 et 600° C", souligne Bill Gross. Suffisant pour produire de l'électricité en faisant tourner des turbines. Mais doubler cette température permettrait d'ouvrir de nouveaux débouchés en débloquant une série de réactions chimiques."Le solaire pourrait impacter des industries traditionnellement très polluantes", se félicite l'entrepreneur.

Pour touc

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités