Saint-Gobain à l'offensive

Saint-Gobain à l'offensive

La Compagnie de Saint-Gobain signe un premier semestre remarquable, où son bénéfice net s'envole, avec une croissance de 61,7 %.

Publié le 26-07-2018 par Bertrand Dampierre

Bon chiffre d'affaires

 

Hier soir après clôture de la Bourse de Paris, le spécialiste des matériaux de construction a publié ses résultats économiques et financiers pour le premier semestre 2018. Son chiffre d'affaires progresse de 1,9 % en données publiées, affecté par les conséquences d'un euro fort et les impacts négatifs des taux de change. À taux de change et périmètre constants, la croissance ressort à 4,9 %, ce qui révèle une excellente dynamique commerciale, dans un secteur toujours chahuté et très concurrentiel.

La croissance du chiffre d'affaires et des ventes est essentiellement imputable à la hausse des volumes et à des augmentations de prix, qui ont permis de compenser avantageusement les hausses des matières premières et de l'énergie.

Ce résultat est d'autant plus méritant que le premier trimestre de l'exercice 2018 avait été grandement perturbé par les intempéries. Le deuxième trimestre a ainsi permis au groupe de se relancer et de compenser les difficultés rencontrées sur les trois premiers mois de l'année 2018.

Pierre-André de Chalendar, le président de Saint-Gobain, a d'ailleurs tenu à souligner, dans sa conférence de presse, ce « deuxième trimestre plus dynamique que le premier » et la « bonne hausse des volumes qui s'est accélérée ».


Revoir l'organisation et le périmètre

 

Le bénéfice net du groupe atteint 1,2 milliard d'euros sur les six premiers mois de l'exercice, ce qui représente une hausse de 61,7 %. Toutefois, 718 millions proviennent de la transaction avec le chimiste suisse Sika, auquel Saint-Gobain a finalement rendu sa liberté. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net courant ressort à 802 millions d'euros, ce qui représente une hausse de 6,8 % par rapport à la même période de l'an dernier.

Par ailleurs, Pierre-André de Chalendar semble vouloir remettre son groupe en ordre de marche et revoir en partie son organisation. Tout d'abord, il envisage un programme de cessions d'actifs représentant « au moins 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, avant fin 2019 ».

Ensuite, Pierre-André de Chalendar souhaite donner la priorité à un modèle d'organisation qui mette en valeur la dimension régionale des activités de construction. Enfin, Pierre-André de Chalendar envisage de consacrer environ 500 millions d'euros chaque année à des acquisitions stratégiques, afin de renforcer son groupe et de créer de nouvelles synergies.

Les dernières actualités