Renault préfère le groupe chinois Geely à son allié Nissan pour pousser les feux en Asie

Li Shufu, Geely

Renault ambitionne de retrouver une place sur le marché chinois après avoir dissout l'an dernier sa coentreprise avec Dongfeng Motor Group.

Publié le 22-01-2022 par latribune.fr

Le groupe Renault a annoncé vendredi un partenariat avec le chinois Geely pour construire des véhicules thermiques et hybrides électriques en Corée du Sud, destinés au marché local puis à l'exportation. L'idée est de reconquérir des parts de marchés sur les marchés asiatiques et surtout en Chine après le fiasco du partenariat avec Dongfeng.

Lire aussi 4 mnRenault frappe fort en visant 100% de voitures électriques en 2030

"Nissan n'a pas pu nous secourir" (Luca de Meo)

Pour mémoire, Renault n'a vendu que 19 229 véhicules en Chine l'an dernier, faisant chuter sa part de marché dans le pays à 0,08 %. Les ventes de Nissan en Chine ont chuté de 5,2% à 1,38 million d'unités, a annoncé le constructeur automobile le 6 janvier.

"Nissan n'a pas pu nous secourir", a déclaré Luca de Meo, cité par Bloomberg dans The Business Times.

En vertu de leur accord-cadre conclu il y a 5 mois, Geely aiderait Renault à vendre des véhicules hybrides en Chine, où le premier est le plus grand groupe automobile privé.

Les nouveaux véhicules seront produits par l'usine Renault Samsung Motors (RSM, une filiale à 80% de Renault) de Pusan (sud-est), avec un début de production prévu en 2024, ont précisé les deux groupes dans un communiqué commun.

Une stratégie de montée en gamme inscrite dans le plan "Renaulution"

Ils utiliseront l'"architecture modulaire compacte", une plateforme mise au point par Volvo Cars (filiale de Geely) en Suède et des technologies de motorisation du groupe chinois.

"Cette collabora

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités