Renault : mode d'emploi et enjeux d'une AG sous très haute tension

Carlos Ghosn

L'Assemblée générale des actionnaires de Renault qui s'ouvre ce jeudi s'annonce houleuse sur fond de révélations autour d'un système de superbonus cachés que préparerait Renault. L'avis des actionnaires sur le salaire de Carlos Ghosn, le PDG, revêt désormais un caractère contraignant, mais l'État, qui votera contre, ne dispose pas des droits de vote double sur cet aspect. Les autres actionnaires minoritaires pourraient ne pas suivre l'État, comme ils l'avaient fait l'année dernière...

Publié le 15-06-2017 par Nabil Bourassi

Le sort de Carlos Ghosn suscite de plus en plus l'inquiétude des investisseurs. L'action Renault a baissé de 2,7% mardi 13 juin après les révélations de Reuters sur l'existence d'un plan secret de reversement de bonus cachés à des hauts dirigeants de l'Alliance Renault-Nissan.

Un siège éjectable ?

Selon les informations divulguées par Reuters, ces cadres pourraient engranger, dans la perspective de la mise en uvre de ce plan, des centaines de millions d'euros en toute discrétion. Si les faits étaient avérés, ils pourraient constituer un scandale susceptible de placer définitivement Carlos Ghosn sur un siège éjectable.

Il faut dire que le patron de l'Alliance Renault-Nissan n'est pas dans les petits papiers du nouveau locataire de l'Élysée qu'il a affronté lorsque celui-ci était ministre de l'Économie. Il l'avait ainsi publiquement défié après que celui-ci a organisé un raid boursier sur le constructeur afin d'imposer la règle des droits de vote double. La tension était également montée d'un cran lorsque la direction de Renault était passée outre l'avis consultatif des actionnaires qui avaient rejeté les émoluments de Carlos Ghosn. Enfin, les poursuites judiciaires contre Renault sur des accusations de fraudes sur les émissions ont achevé de lui tailler un costume de pestiféré des services de l'État.

Bref, les rév

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités