Quel avenir pour EDF ?

Edf se prepare a racheter les activites nucleaires de general electric, selon la tribune

Entre un relèvement du volume que l’entreprise doit vendre à prix cassé à ses concurrents et une chute de sa production d’électricité attendue pour 2022, c’est une succession de mauvaises nouvelles qui s’est abattue la semaine dernière sur EDF. De quoi assombrir les prévisions financières du groupe et menacer sa capacité à investir dans de nouveaux projets, à l’heure d’une transition énergétique obligée. Et peut-être même, comme s’en inquiétait récemment son PDG, reléguer l'entreprise publique en « deuxième division » ? Analyse.

Publié le 21-01-2022 par Marine Godelier

Rien ne va plus pour EDF. Alors que les syndicats appellent désormais à une grève le 26 janvier prochain, la direction planche pour sa part sur « toute mesure de nature à protéger [les] intérêts » du groupe. De leur côté, les salariés actionnaires crient leur mécontentement, s'estimant « méprisés par les décisions gouvernementales ». Le PDG lui-même, Jean-Bernard Lévy, n'hésite plus à défier l'exécutif : dans une lettre aux managers, il fait état de son « véritable choc » face à une mesure qu'il a « beaucoup combattue » mais qui « s'impose » à EDF. Pas de doute : une tempête secoue le fleuron tricolore, qui vacille au moment même où la France doit investir des dizaines de milliards dans la transition de son parc électrique.

Et pour cause, dépassé par la flambée des prix de l'énergie, le gouvernement l'a appelé à la recousse. Un moyen de tenir sa promesse de limiter la hausse des tarifs de l'électricité pour les ménages et les entreprises, à quelques mois de la présidentielle, mais qui devrait peser près de 8 milliards d'euros sur l'excédent brut d'exploitation d'EDF. En effet, Bercy a annoncé que l'Etat augmenterait de 100 à 120 TWh les volumes que le groupe devra céder en 2022 à prix cassé aux fournisseurs alternatifs, dans le cadre du dispositif ARENH (accès régulé à l'électricité nucléaire historique). Cela signifie que l'entreprise, qui a déjà vendu sa production pour l'année par anticipation, devra en racheter 20 TWh sur les marchés (qui frôlent actuellement les 250 euro

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités