Privatisation d'ADP : ce que dit l'Autorité de régulation des aéroports (ASI)

ASI

Ces dernières semaines, l'Autorité de supervision indépendante des redevances aéroportuaires (ASI) a, à plusieurs reprises, refusé de valider des hausses d'augmentation des redevances facturées aux compagnies aériennes par certains aéroports. Dans un entretien accordé à La Tribune, sa présidente, Marianne Leblanc Laugier, explique ses décisions qui ont fait trembler les aéroports et livre son analyse sur l'évolution de la régulation du projet de loi de privatisation d'ADP, débattue par les parlementaires.

Publié le 13-02-2019 par Fabrice Gliszczynski

- A plusieurs reprises ces dernières semaines, l'Autorité de supervision indépendante des redevances aéroportuaires (ASI) a refusé d'homologuer l'évolution des tarifs facturés  aux compagnies aériennes prévue pour 2019 par plusieurs aéroports français comme Nice (retoqué deux fois), Marseille et Paris avant que, pour ces deux derniers, l'ASI ne valide leur deuxième proposition revue à la baisse. Y a-t-il un durcissement de l'ASI ou une dérive des aéroports ?

Marianne Leblanc Laugier. Il n'y a aucun durcissement de notre part, peut-être un peu plus de vigilance. Je rappelle que les redevances doivent couvrir seulement le coût des services publics rendus. Quand ce n'est pas le cas et que le montant global des redevances dépasse ces coûts, nous sommes obligés de tirer la sonnette d'alarme. Nous l'avons fait à Nice, à Paris et à Marseille. Ces deux derniers aéroports ont reformulé une nouvelle proposition revue à la baisse que nous avons acceptée : +1% contre près de +3% proposés initialement pour ADP et -0,3% contre +2,6% pour Marseille. Quant à Nice, nous avons dû refuser la deuxième proposition tarifaire pour différents motifs. Comme la règlementation nous y conduit, c'est donc l'ASI qui va fixer les tarifs de Nice.

- Concernant ADP, la DGAC (direction générale de l'aviation civile) a indiqué qu'elle "ne partageait pas totalement les considérants de l'ASI" quand celle-ci a refusé d'homologuer la première proposition tarifaire qui était pourtant compatible avec le contrat de ré

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités