Présidentielles américaines : déjà plus de 2 millions de pubs rejetées par Facebook

Présidentielles américaines : déjà plus de 2 millions de pubs rejetées par Facebook

Facebook se prépare à l'élection présidentielle américaine en veillant scrupuleusement à éviter la publication de fausses informations.

Publié le 19-10-2020 par Esther Buitekant


Facebook met en place des outils efficaces 


En 2016 le réseau social fondé par Mark Zuckerberg avait été très largement accusé d'avoir influé sur le résultat de l'élection présidentielle américaine. La prolifération de fausses informations sur Facebook mais aussi le fameux 'effet de bulle' consistant à ne proposer aux internautes que des contenus conformes à leurs opinions auraient ainsi eu une véritable influence sur le résultat du scrutin et l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. Quatre ans plus tard, Facebook semble avoir appris de ses erreurs et mis en place un certain nombre d'outils destinés à éviter qu'une telle situation se reproduise. Et cela a déjà commencé à porter ses fruits. '2,2 millions de publicités ont été rejetées' et '120.000 posts Facebook et Instagram ont été retirés pour tentative d'entrave à la participation au scrutin', a déclaré le vice-président de Facebook, Nick Clegg, dans une interview au Journal du Dimanche. 'Des avertissements ont été affichés sur 150 millions de fausses informations vérifiées par des médias indépendants', notamment l'AFP, a-t-il ajouté. 


Facebook compte sur les hommes et l'intelligence artificielle


La vérification d'informations est aujourd'hui l'une des priorités de Facebook, à quelques semaines d'une élection qui s'annonce explosive. "Trente-cinq mille collaborateurs s'occupent de la sécurité de nos plateformes et contribuent aux élections. Nous avons établi des partenariats avec 70 médias spécialisés, dont cinq en France, dans la vérification d'informations", a également expliqué Nick Clegg au Journal du Dimanche. Facebook compte aussi sur l'intelligence artificielle pour avoir l'oeil partout, y compris sur d'éventuels réseaux étrangers susceptibles d'interférer avec l'élection. 30 réseaux malveillants dans le monde ont déjà été supprimés cette année alors que pas un seul n'avait été identifié en 2016.

 

Les dernières actualités