Pourquoi l'Etat ne souhaite plus désinvestir dans Safran

Safran depasse les attentes au 3e trimestre et confirme tous ses objectifs

Selon nos informations, l'Etat, qui est le premier actionnaire de Safran, ne souhaite désormais plus faire évoluer sa participation. L'équipementier aéronautique et de défense reste pour la France un groupe stratégique, notamment pour sa contribution industrielle à l'outil de la dissuasion militaire.

Publié le 10-12-2018 par Michel Cabirol

Selon des sources concordantes, l'Etat va marquer une longue pause dans le processus de cession de sa participation dans le capital de Safran. "Nous avons plus l'intention de bouger" dans le capital de l'équipementier aéronautique et de défense, explique-t-on à La Tribune. Malgré la nouvelle cession de l'Etat début octobre sur le marché de 2,35% du capital de Safran, il est toujours le premier actionnaire du groupe aéronautique, avec 10,81% du capital (contre 13,16% auparavant) et 18,4 % des droits de vote exerçables. Avec cette pause, l'Etat souhaite envoyer un signal fort aux marchés en mettant Safran "à l'abri de mésaventures capitalistiques hostiles", précise-t-on à La Tribune.

Une minorité de blocage au-dessus de 20% du capital de Safran

Pour "verrouiller" le capital de Safran, l'Etat peut également compter sur l'actionnariat salarié (6,9 % du capital et 10,7% des droits de vote), l'autocontrôle (2,4% du capital), ainsi que les ex-actionnaires de référence de Zodiac racheté en février 2018 (les familles, le fonds FFP  - holding de la famille Peugeot - et le Fonds Stratégique de Participation détenu par six assureurs : BNP Paribas Cardiff, CNP Assurances, Crédit Agricole Assurances, Sogécap, Groupama et Natixis Assurances). Ces derniers détiennent 2,5 %. Soit une minorité de blocage de la part du capital "public" qui pèse plus de 20% dans le capital de l'équipementier aéronautique (22,61% au total).

Et si d'aventure l'Etat souhaitait au final se désengager, il tenterait,

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités