Pourquoi Arianespace lorgne le marché des petits satellites

OneWeb Airbus

Arianespace lance un service innovant d'accès rapide à l'orbite géostationnaire (GEO) pour une nouvelle génération de petits satellites. La société européenne offre une première opportunité de lancement pour la mission GO-1, qui pourra emporter plus de 4.5 tonnes de charge utile au premier semestre 2022.

Publié le 06-08-2019 par Michel Cabirol

Arianespace ne désarme pas pour rester à court et moyen dans la course à l'accès à l'espace avec son futur lanceur Ariane 6. Dévoilée lundi par la société européenne de services de lancement lors de la conférence de Logan (Utah, États-Unis) dédiée aux petits satellites, la mission GO-1 (pour Geostationnary Equatorial Orbit mission number 1) réalisera un lancement partagé (ou rideshare) au départ du Centre Spatial Guyanais (CSG), à l'aide d'une Ariane 64, qui est la version la plus puissante du futur lanceur lourd européen.

Équipée du système d'emport MLS (pour Multi-Launch Service), Ariane 6 peut déployer une large gamme de petits satellites, allant des CubeSats aux MicroSats, voire davantage. Les clients de la mission GO-1 bénéficieront d'un accès rapide en orbite : "du décollage à la séparation des satellites, la mission sera plus courte qu'un vol long-courrier Paris-New York", a précisé Arianespace dans un communiqué publié lundi. Ce nouveau service comprendra des accords de service de lancement particulièrement flexibles pour les clients et des campagnes de préparation simplifiées. Ainsi ces derniers pourront acheter une ou plusieurs places à bord de la mission GO-1 jusqu'à six mois avant le décollage.

"Une nouvelle ère s'ouvre pour les petits satellites : jusqu'à présent, il n'existait pas de solution simple, prévisible et accessible pour les placer en GEO. Avec l'arrivée d'Ariane 64 et de la mission GO-1, Arianespace va ouvrir la voie de l'exploitation de l'orbite géos

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités