Photonis, l'exemple de la défaillance majeure du financement à la française de la BITD (3/3)

Photonis rapport sénatorial Pascal Allizard Michel Boutant

Le cas de Photonis illustre crument la défaillance majeure du financement de la Base industrielle et technologique de défense (BITD) française.

Publié le 13-07-2020 par Michel Cabirol

Le défaut de financement des industries est souvent à l'origine de situations fréquentes dans lesquelles des pépites technologiques françaises passent sous contrôle étranger. Ce sera peut-être le cas de Photonis, cette entreprise stratégique spécialisée dans les tubes amplificateurs de lumière (150 millions d'euros de chiffre d'affaires) en passe d'être vendue pour 550 millions de dollars par le fonds d'investissement Ardian à l'américain Teledyne. "De plus en plus de banques françaises posent des difficultés ou refusent de financer des start-up/PME ayant des contrats dans la défense. Quand bien même le dossier est validé à l'échelon local, c'est souvent l'échelon national qui rejette le financement", explique-t-on à La Tribune.

Les sénateurs de la commission des affaires étrangères et de la défense, Pascal Allizard (Les Républicains) et Michel Boutant (PS), auteurs d'un rapport d'information sur la base industrielle et technologique de défense ("L'industrie de défense dans l'oeil du cyclone") arrivent à une conclusion très cruelle et un constat impitoyable pour toute la BITD française : "Il apparaît que le problème principal que soulève la situation de cette pépite technologique n'est pas un risque de prédation par un acheteur étranger, mais surtout l'incapacité de l'économie française de proposer à cette entreprise un financement français de son développement". D'autant que même la banque publique Bpifrance a toujours trainé des pieds pour s'intéresser à ce dossier. Ce qui p

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités