Orange veut développer l'internet mobile en Afrique

Orange veut développer linternet mobile en Afrique

Stéphane Richard poursuit son offensive sur l'Afrique et le Moyen-Orient avec une offre à bas coût comprenant smartphone et forfait appels et données.

Publié le 01-03-2015 par Laurent Baquista

Une offre à bas prix

 

A l'occasion de la grand-messe mondiale des télécoms qui s'ouvre aujourd'hui dans la capitale catalane, Orange a dévoilé son intention de développer le marché de l'Internet mobile en Afrique, en particulier au Moyen-Orient, et dans les pays émergents en général. Afin de relever ce défi, l'opérateur téléphonique français va proposer Klif, une offre à prix bas, comprenant un smartphone et un accès forfaitaire à un volume de données Internet qui variera selon les pays.

Par exemple, pour 40 dollars maximum, soient environ 35 euros, on pourra faire l'acquisition d'un smartphone, accompagné d'un forfait d'appels d'une durée variant entre 30 minutes et une heure par mois, SMS, et 500 Mo de données par mois, le tout valable 6 mois et rechargeable. Le smartphone sera un Alcatel One Touch Pixi 3i, pouvant accueillir deux cartes SIM. Il fonctionnera uniquement sur les réseaux déployés par l'opérateur.

 

 

Un smartphone sous Firefox OS

 

Pour Stéphane Richard, Président d'Orange, Klif doit réellement donner accès à l'Internet mobile au plus grand nombre. L'offre sera d'abord proposée en Egypte, en Tunisie, au Mali, en Côte d'Ivoire, au Sénégal et au Kenya, avant d'être étendue à d'autres pays, comme le Cameroun, le Niger, la Jordanie, ou Madagascar.

L'autre originalité de cette offre consiste dans l'utilisation du système Firefox OS 2.0, développé par Mozilla. Outre le fait que ce système soit Open Source, il a aussi l'avantage de supporter un grand nombre de langues locales rares, ce que ni iOS ni Androïd ne peuvent faire. Le smartphone pourra donc fonctionner avec une interface en swahili ou en wolof, ce qui est un avantage majeur pour rendre le web mobile accessible à ceux qui ne lisent ni l'anglais, ni le français ni l'arabe.

Les dernières actualités