Orange lorgne sur l'Iran

Orange lorgne sur l'Iran

Orange négocie avec le gouvernement iranien pour entrer au capital du premier opérateur mobile local, MCI.

Publié le 02-09-2016 par Laurent Baquista

Intérêt pour l'Iran

 

La réouverture du marché iranien, suite à l'accord sur le nucléaire intervenu entre la république islamique et la communauté internationale, suscite convoitise et frénésie chez tous les acteurs économiques mondiaux. Les entreprises françaises n'échappent pas à cette envie de prendre pied sur l'un des marchés les plus importants et les plus dynamiques de la zone du Moyen-Orient, et se trouvent en concurrence frontale avec les entreprises allemandes, britanniques, et surtout américaines.

Dans ce contexte, l'opérateur téléphonique Orange serait ainsi entré en négociations pour préparer une entrée au capital du leader iranien de la téléphonie mobile, MCI. Pour l'instant, le groupe français cherche à amadouer ses partenaires de négociations en proposant des partenariats, et même, comme il l'a reconnu lui-même dans un communiqué de presse, « une coopération dans plusieurs domaines commerciaux et techniques ».

 

Entrer au capital de MCI

 

Il est vrai que ces partenaires potentiels au capital de MCI ne sont pas n'importe qui, et qu'il est absolument nécessaire de leur inspirer la plus grande confiance. On y trouve en effet l'Etat, et même les Gardiens de la révolution.

Orange n'a pas officiellement démenti son intérêt pour une participation dans MCI, mais l'opérateur historique des télécommunications françaises a cherché, dans un communiqué de presse, à noyer le poisson : « Comme d'autres opérateurs internationaux, le groupe étudie les opportunités qui se présentent sur le marché iranien », a-t-il laconiquement précisé.

Dans un climat tendu, où les Etats-unis continuent de jouer un double jeu, celui de l'ouverture, mais tout en étant prêts à entamer des poursuites contre les entreprises étrangères qui s'implanteraient en Iran, il convient de mener ce type de négociations dans la plus grande discrétion.

Les dernières actualités