Les projets pétroliers développés avant 2025 sous la menace du couperet climatique

Bpifrance pétrole

Une interruption trop soudaine de l'exploitation pétrolière pourrait réduire de moitié la valeur de nouveaux projets en cours de développement, selon une nouvelle analyse publiée le 31 janvier. Un article de notre partenaire Euractiv.

Publié le 04-02-2020 par Frédéric Simon, Euractiv

Les géants du pétrole américain, ExxonMobil, Chevron et ConocoPhillips, qui ont le plus massivement investi dans des projets de sables bitumineux et de schiste argileux, sont les plus exposés à la soudaine chute de la demande que pourraient entraîner des régulations climatiques tardives, relève le groupe de réflexion Carbon Tracker.

«Les compagnies pétrolières qui s'appuient sur le statu quo pour planifier leurs futurs investissements risquent de voir la valeur de leurs nouveaux projets réduite de moitié en raison d'une politique plus stricte», prévient Carbon Tracker dans un rapport publié le 31 janvier.

Ces compagnies «risquent de se retrouver avec des actifs bloqués, s'ils partent du principe que les gouvernements ne prendront pas des mesures énergiques pour limiter le changement climatique», avertit Andrew Grant, l'auteur du rapport.

«Les projets pétroliers développés avant 2025 pourraient ne jamais générer la valeur attendue» si les réponses politiques ne sont pas anticipées, ajoute l'étude.

Lire aussi : Face à l'urgence climatique, le secteur pétrolier peut "faire beaucoup plus"


Une industrie confiante

En Europe, les sociétés pétrolières sont confrontées à une réglementation plus stricte sur les émissions de carbone. En cause, l'entrée en fonction, à la fin 2019, d'un nouvel exécutif européen déterminé à «faire de l'Europe le premier continent climatiquement neutre d'ici à 2050». En décembre, les chefs d'États européens ont approuvé l'objectif 2050, qui est d

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités