"Les PGE auraient dû être accordés sur la base d'un business plan de l'entreprise"

Vincent Méquinion Alexandrea Blanch

INTERVIEW. "Le prêt garanti par l'Etat n'a pas été intégré dans une logique de restructuration des entreprises alors qu'il aurait dû l'être !" Dans un entretien à La Tribune, Vincent Méquinion et Alexandra Blanch, deux administrateurs judiciaires bordelais, s'alarment de l'aveuglement de certains chefs d'entreprise quant à la logique du PGE, dont les montants sont parfois déjà à moitié consommés. Ils craignent un réveil très douloureux si ces entreprises n'anticipent pas leurs difficultés.

Publié le 19-11-2020 par Propos recueillis par Pierre Cheminade

LA TRIBUNE - Que constatez-vous actuellement sur le plan de votre activité auprès des entreprises en difficultés ? Sommes-nous toujours dans le calme avant la tempête, comme l'indiquait le président du tribunal de commerce de Bordeaux mi- octobre ?

VINCENT MÉQUINION - D'ordinaire déjà, les chefs d'entreprise ne sont pas bien informés sur les démarches à suivre en cas de difficulté. C'est une donnée structurelle. Si bien qu'ils arrivent en procédure collective où il faut mettre en œuvre un traitement de choc qui ne donne pas toujours les effets espérés. Avec la crise Covid-19, cela se vérifie puisqu'ils ne viennent pas chercher des solutions en amont avec des procédures comme la conciliation ou le mandat ad hoc. Donc ce qu'on constate aujourd'hui, c'est un attentisme très prégnant de la part des chefs d'entreprise. L'activité de notre cabinet, qui est spécialisé dans les procédures de conciliation, est inférieure de -40 à -50 % par rapport à l'an dernier.

ALEXANDRA BLANCH - Ce sont autant d'entreprises qui risquent de se rendre compte trop tard de leurs difficultés quand il n'y aura plus tout de trésorerie. Cela aboutira alors quasiment à des situations de liquidations judiciaires. A titre de comparaison, pour les dossiers qu'on prend en conciliation ou en mandat ad hoc, les entreprises sont sauvées dans 85 % des cas ! Le problème c'est qu'actuellement, beaucoup de chefs d'entreprises considèrent le PGE [prêt garanti par l'Etat] comme de la trésorerie à consommer jusqu'à ce q

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités