Les PDG ou CEO sont-ils appelés à devenir les nouveaux hommes politiques ?

Luc Bretones

Les limites du capitalisme contemporain et la place titanesque que se sont taillés les géants du Net américains dans l'économie de leur pays, appellent ces entreprises à redéfinir leur raison d'être et leur rôle sociétal. Une tendance qui s'étend à tous les acteurs. Par Luc Bretones, CEO et fondateur de Purpose for Good.

Publié le 02-03-2020 par Luc Bretones

« Il est temps que les grandes entreprises mondiales se mettent à travailler au service des plus pauvres dans le monde ». La phrase n'est pas d'un militant ou d'un candidat à l'élection présidentielle, mais de Bill Gates qui s'exprimait en marge du forum de Davos en 2008. Comment comprendre cette sortie ? Y a-t-il une chance que les chefs d'entreprise s'imposent comme une nouvelle forme d'hommes politiques ? La question pourrait prêter à sourire. Et pourtant. La tendance est là, il n'y a qu'à se pencher sur le philanthropisme si cher aux grandes fortunes américaines, sur les positions sans cesse plus politiques de ceux qui dirigent les grandes entreprises du numérique, à commencer par Sundar Pichai à la tête de Google ou par Mark Zuckerberg, créateur de Facebook.

Les Gafam et BATX, puissances économiques et politiques ?

Le temps de l'entreprise considérée comme structure neutre et entièrement dédiée à la recherche de profit et de rentabilité, semble bien loin. Les recettes des fidèles de Milton Friedman et Adam Smith ne semblent aujourd'hui plus faire autant recette. Il faut dire que l'époque a bien changé. L'angélisme des pères fondateurs du capitalisme n'est plus d'actualité. L'entreprise se retrouve prisonnière d'un double mouvement qui ne peut qu'annoncer une redéfinition de son rôle et son rapport au monde. D'une part, les limites du capitalisme contemporain, aussi bien d'un point de vue de l'organisation du travail que de celui de la préservation de l'environnement forc

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités