« Les Français n’ont pas dit qui devait gouverner le pays » (Emmanuel Rivière, politologue, enseignant à l’université Paris-I et Sciences-Po)

Emmanuel Rivière

Pour le politologue Emmanuel Rivière, les postures actuelles des partis rendent une coalition quasiment impossible. « Les choses sont compliquées car tous les camps se sont diabolisés les uns les autres, estime-t-il. On surjoue les oppositions et les divergences. »

Publié le 08-07-2024 par Nicolas Prissette

LA TRIBUNE - Le vote des Français a-t-il clarifié le paysage politique ou bien l'a-t-il rendu illisible ?

EMMANUEL RIVIERE - Entre les européennes et les législatives, nous venons de vivre cinq semaines d'élections, passant d'une offre politique large, avec de nombreux sujets de débats et un duel Hayer-Glucksmann, à une question binaire : le RN doit-il accéder au pouvoir ou pas ? La réponse des Français est claire, c'est non. Il y avait pourtant une dynamique et un désir de victoire pour le Rassemblement national, à un point jamais atteint à l'époque de Jean-Marie Le Pen. En revanche, les Français n'ont pas dit hier qui devait gouverner le pays. L'Assemblée recomposée n'aboutit pas à cette clarification-là. La situation appelle des réponses nouvelles sur la manière de gouverner. Une responsabilité immense pèse sur le nouvel hémicycle car pendant un an, au minimum, il faudra fonctionner avec lui, aucune dissolution n'étant possible pendant douze mois.

Le barrage républicain a mieux fonctionné que prévu. Comment l'expliquez-vous ?

Les reports de voix du centre et de LR vers la gauche semblaient difficiles à concrétiser mais cela a bien fonctionné, y compris dans des circonscriptions qui se jouaient en triangulaire. On a parfois vu un recul du candidat arrivé troisième. Le Rassemblement National a laissé penser dans ses déclarations qu'on le privait de victoire. Or il y a eu une hausse de la participation au second tour, ce qui invalide cette thèse. Son pari est bel et bien raté

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités