Le reconfinement ne doit pas prendre le dessus du plan de relance dans nos territoires

stephanie goujon

« La relance sera verte, sociale et territoriale » est-il écrit sur le site de France Relance. Alors que le reconfinement affecte des millions d’entreprises et d’emplois (un coût de 50 à 75 milliards d’euros pour notre économie en novembre selon le Medef), comment faire ? Comment se projeter dans l’après-urgence sanitaire pour construire une dynamique ? Comment éviter le risque d’asymétrie entre les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement et les retombées réelles et rapides sur les territoires, sur le territoire ? Notre pays peut puiser dans les trésors de solutions dont recèle une économie performante sur nos territoires, encore trop méconnue : il s’agit de l’économie sociale et solidaire, qui dessine un modèle efficace, humain, soucieux de l’environnement, au plus près des besoins et des citoyens. Par Stéphanie Goujon, directrice générale du French Impact et conseillère au Conseil Economique Social et Environnemental.

Publié le 20-11-2020 par Stéphanie Goujon, directrice Générale du French Impact,

Connaissez-vous la start-up « Ma bouteille s'appelle reviens », basée à Valence ? Entreprise de consigne, elle a été créée à l'issue d'un grand mouvement de concertation entre citoyens et entreprises. Son ambition est à la fois économique (être pérenne, s'auto financer), sociale (employer des personnes éloignées de l'emploi avec un chantier d'insertion), et environnementale (c'est le principe même d'une consigne). L'entreprise emploie deux personnes aujourd'hui et se projette à 10 salariés d'ici 4 ans. On est loin des entreprises de la tech dites « licornes », locomotives médiatiques - et assurément il en faut, qui mesurent leur succès à l'aune du montant de leur levée de fonds. Pourtant, l'ambition de « Ma bouteille s'appelle reviens » n'est pas moindre et elle ne demande qu'à grandir. Ce type d'entreprise crée un maillage fondamental sur les territoires, favorisant l'insertion, le dialogue entre les acteurs économiques, la communication avec les citoyens. Elles apportent de la vie dans des endroits qui en ont cruellement besoin, auprès de populations qui se sentent délaissées. Et si l'écosystème permet de créer 1000 « Ma bouteille s'appelle reviens », dans des secteurs divers, considérons que c'est 100.000 emplois non délocalisables dont bénéficiera le territoire. Rappelons-nous cette campagne de publicité pour l'Artisanat « Première entreprise de France ».

Concilier deux modèles

Pour conduire les transitions économique, écologique et solidaire que la crise a révélé d'autan

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités