Le PDG de la SNCF veut une taxe kérosène sur l'aviation : "le train n'est pas cher, c'est l'avion qui ne l'est pas assez" (Farandou)

Le president de la sncf espere un regain d'activite en 2023

Interrogé par des députés sur la cherté des prix du transport ferroviaire, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a tiré à vue sur le transport aérien en appelant à taxer les compagnies en fonction de l'impact carbone.

Publié le 02-12-2021 par latribune.fr

Qu'il semble loin le temps où les dirigeants de la SNCF, d'Air France et d'Aéroports de Paris discutaient de manière apaisée sur les coopérations entre l'avion et le train. Pourtant, c'était il y a quelques mois seulement, le 21 juin exactement, quand Jean-Pierre Farandou, le PDG de la société ferroviaire était venu au Paris Air Forum débattre avec Anne Rigail, directrice générale d'Air France, Augustin de Romanet, PDG d'ADP, et Florent Menegaux, PDG de Michelin, sur le thème : « comment réconcilier le train et l'avion ». Quelques jours plus tôt, dans la revue "T", de la La Tribune, il confiait d'ailleurs à ce sujet :

"La relation avec l'aérien sera toujours ambivalente. Nous sommes en 'coopétition'. Mais cette concurrence est un peu dépassée et il est préférable d'entrer dans une logique de complémentarité. La loi peut certes fixer le curseur de cette complémentarité, mais nous devons travailler avec les acteurs de l'aérien pour la développer."

Aujourd'hui, loin de ce discours bienveillant, Jean-Pierre Farandou a sorti l'artillerie lourde contre l'aviation, en appelant à taxer davantage son concurrent de l'aérien.

"Ce n'est pas le train qui est trop cher, c'est l'avion qui ne l'est pas assez", a-t-il expliqué devant la commission du développement durable de l'Assemblée nationale, après avoir été interrogé sur la cherté des billets de train par rapport à la voie aérienne sur certaines destinations en France.

"Est-ce qu'on impute au billet d'avion le coût de son impact carbo

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités