Le discounter Babou racheté par un groupe anglais

Le discounter Babou racheté par un groupe anglais

Le groupe clermontois Babou, spécialisé dans le discount non alimentaire, a été racheté par le géant anglais du secteur, B&M European Value Retail, pour un montant de 91 millions d'euros.

Publié le 22-10-2018 par Aglaë Derouen

Racheté pour 91 millions d'euros

 

Dans un communiqué de presse relayé par l'agence Alliance News ce week-end outre-Manche, le géant britannique du discount, le groupe B&M European Value Retail, a annoncé avoir fait vendredi 19 octobre l'acquisition d'un des principaux acteurs du discount non alimentaire sur le marché français, le groupe clermontois Babou. Le montant de la transaction s'élève à 91 millions d'euros.

Nos confrères du quotidien régional La Montagne ont, suite à cette publication, interrogé Thierry Morter, le président-directeur général de Babou, qui leur a confirmé l'information. « La SAS Babou a été vendue à un discounter anglais coté à la Bourse de Londres, vendredi », a reconnu Thierry Morter.

Ce rachat s'inscrit dans la stratégie de développement de B&M European Value Retail, dont les ambitions européennes sont avérées depuis son introduction à la Bourse de Londres. Selon des sources proches du dossier, B&M European Value Retail serait intéressé par Babou depuis trois ans, et aurait donc négocié ce rachat pendant toute cette période.

 

 

Inquiétudes sur l'emploi

 

Babou, c'était au départ, dans les années 1980, un seul et unique magasin situé à Clermont-Ferrand, sur la place de la Victoire, face à la cathédrale. Le pari du fondateur, René Kleboth, était de proposer à la vente et à bas prix des articles de textile, de linge de maison et de décoration. Son fils Éric Kleboth a pris le relais quelques années après l'ouverture du magasin et a commencé à essaimer dans l'agglomération clermontoise, notamment dans la zone commerciale de Cournon d'Auvergne, avant de se décider à ouvrir en dehors de la région. En 2000, soit vingt ans après l'ouverture du premier magasin, le groupe Babou comptait déjà quarante points de vente en France. Aujourd'hui, il en compte 95 et réalise un chiffre d'affaires annuel de 350 millions d'euros.

Ce passage sous pavillon britannique inquiète vivement les salariés et les élus locaux, à commencer par le maire de la commune de Cournon d'Auvergne, où se trouve le siège du groupe. Leur inquiétude majeure est que le siège social, où travaillent actuellement quatre-vingts collaborateurs de l'entreprise Babou SAS, soit délocalisé. Les syndicats craignent aussi que certains magasins soient fermés.

Les dernières actualités