Le chômage, angle mort des débats sur "les gilets jaunes"

Un tiers des effectifs de pole emploi en greve

L'arsenal de mesures présenté récemment par Emmanuel Macron est destiné à soutenir le porte-monnaie des revenus modestes. Mais le chômage de longue durée est loin d'être un épiphénomène en France rappelle le cercle des économistes.

Publié le 14-12-2018 par latribune.fr

Pouvoir d'achat, fiscalité, retraites. Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", tous ces thèmes sont régulièrement mis en avant dans les débats et l'agenda politique. Pour répondre à quelques revendications de ce mouvement social inédit, Emmanuel Macron a annoncé en début de semaine une batterie de mesures pour doper le pouvoir d'achat des travailleurs aux revenus modestes et des personnes touchant des petites retraites notamment.

> Lire aussi : Smic, CSG, heures supp : une opération déminage à 10 milliards pour Macron

Pourtant, le chômage reste un sujet de préoccupation majeur pour des milliers de Français. Lors d'un débat organisé par le Cercle des économistes ce jeudi 13 décembre, Louis Gallois, venu avec sa casquette de président de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, a expliqué que "si le chômage de longue durée (*) concernait plusieurs millions de personnes. Il était absent des discussions sur les gilets jaunes." Par ailleurs, de nombreuses entreprises ont dû mettre une partie de leurs salariés au chômage partiel ces dernières semaines. Selon de récents chiffres communiqués par le ministère du Travail, 766 entreprises avaient fait une demande auprès du gouvernement, au 10 décembre pour mettre leurs employés au chômage partiel. Ce qui représente environ 20.185 salariés et 9 millions d'euros versés par l'Etat.

Le difficile retour à l'emploi des chômeurs de longue durée

Le calvaire du retour à l'emploi des chômeurs de long

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités