Le 1er mai 2021, fête du télétravail, ou fête de la télégrève ?

télétravail

Un 1er mai pas tout à fait comme les autres pour les syndicats. Privés de manifestation l'an dernier pour cause de confinement, ils renouent avec la traditionnelle manifestation en pleine fin de troisième vague de la crise sanitaire. Avec le télétravail et le chômage partiel, les syndicats ont plus de mal à mobiliser les salariés. La crise les a poussés à basculer vers le numérique, où commencent à poindre les premières télégrèves ou des "invasions" numériques des comités sociaux économiques (CSE) en ligne.

Publié le 01-05-2021 par Fanny Guinochet

Ce 1er mai, Philippe Martinez, le leader de la CGT et Yves Veyrier le chef de file de FO  vont battre le pavé avec un plaisir non dissimulé : l'an dernier, premier confinement oblige, ils avaient été privé de manifestation. Ce samedi, ils défileront donc côte à côte à Paris, accompagnés de la FSU et Solidaires. Sur les banderoles, les mots d'ordre seront sans surprise : défense des salaires, préservation des emplois, demandes de moyens supplémentaires pour les services publics...

Inquiétudes pour l'emploi

Crise oblige, ce 1er mai a toutefois une tonalité particulière : « C'est l'occasion de lancer un avertissement au gouvernement. On est très inquiets sur la fin du « quoi qu'il en coûte », explique Yves Veyrier, pas question que les travailleurs paient la facture... ». Une crainte partagée par Philippe Martinez qui s'attend, dans les semaines à venir, « à des faillites et des plans sociaux en cascade, à une casse sociale sans précédent... » 

A Lille, Grenoble, Toulouse, Paris,....  Plus de 200 mobilisations sont prévues. Mais, les cortèges seront-ils fournis ? Pas sûr. Les contraintes sanitaires sont encore fortes - des adhérents, notamment âgés, hésiteront sans doute à rejoindre une foule - et cette année, le 1er mai est un samedi, moment familial peu propice aux mobilisations pour le travail.

Surtout, pour les syndicats, solliciter les salariés est encore plus difficile qu'avant. Avec le télétravail, le chômage partiel, les sites sont souvent déserts. La vie collective a dis

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités