Laure de La Raudière adoubée par le Parlement à la tête de l'Arcep

Laure de la Raudière

Les commissions des affaires économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat ont validé la candidature de la députée d'Eure-et-Loir à la présidence de l'Arcep. Laure de La Raudière devient, pour les six prochaines années, la cheffe de file du très stratégique régulateur des télécoms.

Publié le 21-01-2021 par Pierre Manière

L'Arcep a une nouvelle présidente. Il s'agit de la députée d'Eure-et-Loir (Agir) Laure de La Raudière. A 55 ans, elle devient la première parlementaire, et la première femme, à prendre les rênes du régulateur des télécoms. Sa nomination a été proposée par l'Elysée. Mais il restait à cette fine connaisseuse des télécoms et du numérique à voir son nom validé par les commissions des affaires économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat. Après son audition au Sénat, ce mercredi, les votes des deux assemblées ont été dévoilés. Et toutes deux se sont largement prononcées en faveur de la parlementaire. 25 députés sur 28 et 13 sénateurs sur 18 ont émis un avis favorable. Un plébiscite.

Laure de La Raudière dirigera donc l'Arcep ces six prochaines années. Lors de son audition au Sénat - et comme à l'Assemblée la semaine dernière -, elle s'est montrée très émue en évoquant le souvenir de sa complice socialiste Corinne Erhel, avec qui elle a rédigé de nombreux rapports sur le numérique, et brusquement décédée en 2017. « Elle a été fauchée à 50 ans, c'était une formidable élue, elle était juste tout ce qu'on attend des élus, voilà », a-t-elle déclaré.

Le marché « B2B » dans le viseur

Laure de La Raudière a dévoilé, en partie, sa feuille de route. Elle a fait, sans surprise, de l'aménagement numérique du territoire sa « première priorité »« Cet objectif doit être poursuivi », a-t-elle affirmé, soulignant que l'institution veillera à ce que les engagements des opérateurs à couvrir le

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités