"La relance devra tirer l'agriculture française vers le haut" (Arnaud Gauffier, WWF France)

épandage chimique, champ, agriculture,

La crise liée au coronavirus a restitué sa place essentielle au système agroalimentaire. Mais elle est aussi une opportunité unique pour relocaliser et diversifier la production française, estime Arnaud Gauffier, directeur des programmes au WWF France.

Publié le 15-04-2020 par Giulietta Gamberini

LA TRIBUNE - Depuis le début de la crise sanitaire, l'une des inquiétudes les plus importantes, chez les politiques comme dans la population, a été celle d'une pénurie alimentaire. Qu'est-ce que cela révèle du système agroalimentaire actuel?

ARNAUD GAUFFRIER - L'ampleur prise par cette inquiétude est impressionnante. Elle révèle tout d'abord un recentrage des besoins autour de ce qui est fondamental : se nourrir, et préserver sa santé. Elle montre aussi qu'alors que le secteur agroalimentaire ne représente que 2% du PIB de la France, tout le reste de l'économie en dépend.

Mais la crise sanitaire a aussi souligné l'interconnexion du système agricole et alimentaire français à l'Europe et au monde, conséquence et source de dysfonctionnements. Si le confinement et la fermeture des frontières ont créé un manque de main d'oeuvre, c'est parce que l'agriculture française dépend en grande partie de salariés étrangers. Et cette dépendance est due à son tour à la tendance de la distribution à tirer les prix et les marges alimentaires vers le bas. Dans ces conditions, la rémunération de la main d'oeuvre est trop basse pour être acceptée par des Français.

Lire aussi: Alimentation : "Les industriels retrouvent leur raison d'existence"

L'appel du ministre de l'Agriculture aux citoyens, afin qu'il viennent temporairement pallier ce manque de main d'oeuvre, a néanmoins séduit beaucoup de travailleurs. Comment interpréter cela?

Il y a sans doute eu, en partie, un effet de mode, mais cette répo

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités