La France ne sortira finalement pas du charbon en 2022 : la reconversion de la centrale EDF de Cordemais est abandonnée

EDF, centrale thermique, Cordemais, Nantes, F. Thual,

La centrale électrique de Cordemais devait faire l'objet d'un vaste projet de reconversion pour fonctionner à partir de granulés de bois, moins carbonés que le charbon. Le projet, initié il y a cinq ans, vient d'être abandonné par EDF. Cette décision n'est pas synonyme de fermeture immédiate pour la centrale qui devrait malgré tout fonctionner jusqu'à 2024, voire 2026, et donc mettre à mal la promesse d'Emmanuel Macron de fermer toutes les centrales à charbon françaises d'ici 2022. Mais l'avenir de la centrale et de ses emplois, à plus long terme, reste très incertain.

Publié le 09-07-2021 par Juliette Raynal

Après la mise à l'arrêt de la centrale à charbon du Havre en mars dernier, EDF ne possédait plus qu'une centrale électrique à charbon opérationnelle en France, celle située à Cordemais, en Loire-Atlantique. Cette dernière devait faire l'objet d'une vaste reconversion pour produire de l'électricité à partir d'un bois "déchet", un combustible alternatif moins polluant et carboné que le charbon, dans le cadre du projet Ecocombust. Initié il y a cinq ans, celui-ci ne verra finalement pas le jour, a révélé le quotidien Les Echos, qui a pris connaissance d'un courrier de Jean-Bernard Levy, le PDG d'EDF, adressé aux fédérations syndicales du groupe. Une information confirmée par l'électricien français.

"EDF a pris la décision d'arrêter le projet Ecocombust de développement d'un combustible à base de bois « déchets », dit de classe B, alternatif au charbon. En effet, les conditions de la poursuite du projet ne sont pas réunies. Deux raisons principales ont conduit à cette décision : le coût du projet qui ne permettrait pas de garantir un prix attractif du produit final et le retrait récent du partenaire industriel qui était à nos côtés", explique le groupe tricolore dans un communiqué.

Baisser les émissions de 70% grâce à du bois de récupération

Ces bois "déchets" devaient représenter 80% du combustible de la centrale qui ne devait fonctionner plus que 400 heures par an. Selon les estimations d'EDF, ce procédé devait permettre de réduire les émissions de gaz à effets de serre de 71%

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités