L'Oréal: "Face au réchauffement, changer de business model est un enjeu de survie"

Pour rEduire l'empreinte de sa chaIne d'approvisionnement, L'OrEal mise surtout sur l'innovation environnementale et sociale.

Presque un sans-faute. L'Oréal fait figure de modèle en matière de politique RSE. Classé pour la septième fois parmi "les sociétés les plus éthiques du monde" par l'institut américain Ethisphère, le groupe français a aussi décroché en 2016 le "triple A" du CDP (anciennement Carbon Disclosure Project), attribué à seulement deux entreprises au monde sur 3.000, et obtenu par L'Oréal sur trois classements: protection du climat, gestion durable de l'eau et lutte contre la déforestation. Mais quelles actions permettent une telle performance? Et quel est le bilan de mi-parcours de la stratégie 2013-2020 de la société? A l'occasion de la semaine du développement durable, Alexandra Palt, directrice du développement durable du groupe, a répondu aux questions de La Tribune.

Publié le 08-06-2017 par Giulietta Gamberini

LA TRIBUNE - Pour assurer la performance environnementale de vos sites industriels, vous venez de signer un partenariat avec Suez. Pourquoi?

ALEXANDRE PALT - Dans nos sites industriels, nous poursuivons depuis diverses années un objectif d'excellence. Alors que nous nous étions fixé l'objectif d'y réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 60% en 2020, nous avons atteint le seuil de -67% en 2016! 15 sites sont déjà parvenus à la neutralité carbone. Pourtant, sur la même période, notre volume de production a augmenté de 29%. Pour aller plus loin, nous avions besoin d'un partenaire expert. Nous comptons chercher des solutions innovantes ensemble, en fonction des réalités locales.

L'empreinte environnementale globale d'un groupe comme L'Oréal dépend toutefois surtout de celle de sa chaîne d'approvisionnement. Comment agissez-vous à ce niveau?

Nous misons surtout sur l'innovation environnementale et sociale. Nous la promouvons auprès des fermiers, qui produisent les ingrédients des matières végétales de nos produits. Un exemple est celui du beurre de karité au Burkina Faso, où le bois est la seule source d'énergie disponible: en partenariat avec des entreprises locales, nous avons facilité l'achat de foyers améliorés métalliques remplaçant les fours traditionnels utilisés pour ébouillanter les noix de karité. Cela permet de réduire les émissions de CO2, la pollution et la déforestation. Autre exemple, au Rajasthan, où la sécheresse a gravement pénalisé les plantations de go

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités