L'OFCE propose de muscler l'enveloppe du plan de relance de 100 milliards d'euros

bercy ministère des finances

Le centre de recherches rattaché à Sciences-Po propose de profiter des taux d'intérêt bas pour orienter ces investissements vers la transition énergétique, la santé, l'éducation les transports sur les cinq prochaines années.

Publié le 27-01-2021 par Grégoire Normand

La persistance du virus et la gravité de la crise vont peut-être obligé le gouvernement à revoir ses ambitions à la hausse. Doté d'une enveloppe de 100 milliards d'euros, le plan de relance présenté en septembre 2020 est parfois jugé "sous-calibré" par certains économistes au regard de l'ampleur de la récession. De nombreux secteurs restent meurtris par les trois mois de confinement de l'année dernière et la multiplication des variants sur le territoire alimente les rumeurs d'un possible reconfinement. Interrogé par La Tribune lors d'un comité de pilotage, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire l'a affirmé :

"Les 100 milliards d'euros n'était pas un totem".

Même son de cloche à l'Elysée où plusieurs conseillers du président ont ajouté que "l'important est que ces sommes doivent être décaissées sur les grands investissements dans la santé, la rénovation des bâtiments" en amont d'une rencontre entre le Président Macron des patrons étrangers lundi dernier.

Face à toutes ces tensions, les économistes de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) dans une note rendue publique ce mercredi 27 janvier estiment que la France possède des marges de manoeuvre financières de l'ordre de 5% de PIB, soit 100 milliards d'euros supplémentaires pour stimuler l'économie tricolore dans les prochaines années. Pour aboutir à ce montant, les chercheurs ont tenté d'évaluer l'espace budgétaire de l'économie tricolore dans un contexte de taux bas.

"Du fait de la baisse des taux d'i

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités