L'Etat propose 700 millions d'euros pour racheter les activités sensibles d'Atos

Logo de la societe francaise de conseil en informatique atos, a angers

L'offre de l'Etat, annoncée ce vendredi dans un communiqué, a pour objectif d'éviter que les activités qui touchent à la souveraineté de la France tombent entre les mains d'acteurs étrangers. Elle intervient deux jours après le choix du consortium mené par Onepoint pour la reprise d'Atos.

Publié le 14-06-2024 par latribune.fr

[Article publié vendredi le 14 juin à 08H31 et mis à jour à 09H33] Nouveau rebondissement dans le dossier Atos. Ce vendredi, un communiqué de l'entreprise a révélé que l'Etat avait fait une offre de 700 millions d'euros pour racheter les activités jugées stratégiques et sensibles du groupe lourdement endetté, dont les supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire. Après cette annonce, l'action d'Atos grimpait de 20% à la Bourse de Paris ce matin.

La proposition de l'Etat, formulée dans une « lettre d'offre confirmatoire non engageante », concerne « l'acquisition potentielle de 100% des activités d'Advanced Computing, de Mission-Critical Systems et de Cybersecurity Products de la division BDS (Big Data & Cybersécurité) » d'Atos, a précisé ce dernier. Ces activités englobent les supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire, les contrats avec l'armée française et les produits de cybersécurité. « Cette offre confirmatoire non-engageante porte sur une valeur d'entreprise globale de 700 millions d'euros », a poursuivi le groupe.

Activités sensibles

Elle vise à éviter que ces activités, qui touchent à la souveraineté de la France, tombent entre les mains d'acteurs étrangers. « Nous avons tenu parole. J'ai toujours dit qu'il fallait préserver les activités stratégiques d'Atos, nous le faisons », a réagi peu de temps après l'annonce ce vendredi le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. « Nous avons pris nos responsabilités pour acheter [ces activités, ndlr] avec

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités